La pro­chaine ré­vo­lu­tion ?

L'Informaticien - - À LA UNE - Sté­phane Lar­cher

Après trois an­nées de dé­ve­lop­pe­ment, les lu­nettes Google Glass sont dis­po­nibles pour les dé­ve­lop­peurs de­puis quelques se­maines. L’en­goue­ment est réel mais il fau­dra pa­tien­ter jus­qu’à l’an­née pro­chaine pour que tout le monde puisse s’en ser­vir.

Google n’est ni le pre­mier ni le seul à tra­vailler sur la ca­té­go­rie des « wea­rable com­pu­ters », c’est-à-dire les or­di­na­teurs que l’on porte sur soi (lire ar­ticle en p.14). Mais compte te­nu de la taille de l’en­tre­prise, il est cer­tain que la concré­ti­sa­tion du Google Glass Pro­ject va don­ner un coup d’ac­cé­lé­ra­teur à la ca­té­go­rie. Qui plus est, d’après les pre­miers tests, les pos­si­bi­li­tés d’ap­pli­ca­tions sont presque in­fi­nies et la mi­nia­tu­ri­sa­tion va se pour­suivre. Isa­belle Ols­son, res­pon­sable du de­si­gn, in­dique qu’elle tra­vaille sur le pro­jet de­puis le mo­ment où les lu­nettes étaient en­core « un té­lé­phone at­ta­ché à un masque de plon­gée. Nous ne vou­lions pas re­prendre les pro­jets qui exis­taient par ailleurs mais créer quelque chose d’en­tiè­re­ment nou­veau. » Les pre­miers pro­to­types pe­saient plu­sieurs cen­taines de grammes et ne pou­vaient être por­tés que quelques mi­nutes. Pour ar­ri­ver au ré­sul­tat ac­tuel, les équipes ont dé­ci­dé d’ôter tout ce qui n’était pas ab­so­lu­ment es­sen­tiel et de s’ap­puyer sur trois prin­cipes : lé­gè­re­té, sim­pli­ci­té et « pos­si­bi­li­tés d’ex­ten­sion ». Chaque gramme a été tra­qué. « La rai­son est très simple » , pré­cise Isa­belle Ols­son. « Si c’est trop lourd, per­sonne ne les por­te­ra. » Pa­ral­lè­le­ment, il conve­nait de ré­par­tir le poids le mieux pos­sible et mas­quer au maxi­mum les com­po­sants. Un autre point illus­tré par Isa­belle Ols­son est la ca­pa­ci­té à in­té­grer les Google Glasses sur pra­ti­que­ment n’im­porte quelle paire de lu­nettes exis­tante. En ef­fet, il suf­fit d’en­le­ver une vis pour sé­pa­rer l’ar­ma­ture de la par­tie « in­for­ma­tique », la­quelle peut en­suite être re­po­si­tion­née sur une autre mon­ture. Comme vous pou­vez le voir sur l’illus­tra­tion en haut à droite, Isa­belle Ols­son porte ici des lu­nettes de vue sur les­quelles ont été adap­tées les Google Glasses.

En 2014 pour le grand pu­blic

Du point de vue tech­nique, les Google Glasses em­barquent un pro­ces­seur Texas Ins­tru­ments OMAP 4430 ba­sé sur une ar­chi­tec­ture ARM Cor­tex A9 et tour­nant entre 1 et 1,2 GHz. Elles dis­posent de 12 Go de sto­ckage ex­ploi­table (sur un to­tal de 16 Go), syn­chro­ni­sable avec le ser­vice de sto­ckage en ligne de Google. Elles sont équi­pées d’un mo­dule Wi­Fi et Blue­tooth, qui per­met­tra un par­tage de connexion avec les smartphone­s, de même que d’un ap­pa­reil pho­to

de 5 mé­ga­pixels et d’une ca­mé­ra ca­pable d’en­re­gis­trer des vi­déos en 720p. Leur bat­te­rie as­su­re­rait un fonc­tion­ne­ment du­rant un jour com­plet, avec un usage nor­mal. Le code source, en li­cence GPLv2, est ac­ces­sible en té­lé­char­ge­ment. Concer­nant la tech­no­lo­gie d’af­fi­chage qui donne l’illu­sion de re­gar­der un écran si­tué à en­vi­ron deux mètres, Google ne sou­haite pas don­ner de pré­ci­sions. Cinq cou­leurs sont dis­po­nibles : noir, blanc, bleu, gris et rouge Pour le mo­ment, et pour toute l’an­née 2013, les lu­nettes sont en phase de bê­ta test et ne se­ront pas ac­ces­sibles pour le grand pu­blic avant l’an­née pro­chaine. Les dé­ve­lop­peurs qui s’ac­quittent d’une somme de 1 500 dol­lars peuvent par­ti­ci­per au pro­gramme de dé­ve­lop­pe­ment d’ap­pli­ca­tions, mais doivent re­non­cer pour le mo­ment à l’in­té­gra­tion de pu­bli­ci­tés dans leurs ap­pli­ca­tions. Tou­te­fois, le construc­teur ca­li­for­nien a pris soin de pré­ci­ser que cette me­sure était pro­vi­soire. Le kit de dé­ve­lop­pe­ment a été mis à dis­po­si­tion ac­com­pa­gné d’un guide. Ce­lui-ci donne no­tam­ment de nom­breux exemples de code JSON per­met­tant d’ex­ploi­ter cette in­ter­face REST. Deux mille hap­py few ont pu ob­te­nir des lu­nettes mais 8 000 autres – sur plus de 100 000 de­mandes – de­vraient pou­voir en bé­né­fi­cier dans les pro­chains mois. Con­trai­re­ment aux 2 000 pre­miers, ces 8 000 per­sonnes ne sont pas des dé­ve­lop­peurs mais des pro­fes­seurs, des DJ, des den­tistes, des coif­feurs. L’idée de cette se­conde sé­lec­tion est d’étu­dier tous les usages pos­sibles afin d’en­cou­ra­ger de nou­veaux dé­ve­lop­pe­ments. Au pro­gramme des évo­lu­tions en­vi­sa­gées : la pos­si­bi­li­té d’in­té­grer des items in­ter­ac­tifs dans la ti­me­line des lu­nettes (in­cluant texte, HTML, images ou vi­déos), la ges­tion d’alertes, la pu­bli­ca­tion de conte­nu géo­lo­ca­li­sé, ou en­core le par­tage de conte­nu avec d’autres uti­li­sa­teurs. Du­rant la confé­rence Google I/O, un pro­jet de kit de dé­ve­lop­pe­ment na­tif (le Glass De­ve­lop­ment Kit) a été dé­voi­lé. Conçu pour élar­gir les pos­si­bi­li­tés de l’API Mir­ror, il per­met no­tam­ment de bé­né­fi­cier de pos­si­bi­li­tés ma­té­rielles de lo­ca­li­sa­tion sup­plé­men­taires, et d’un mode hors connexion – à la fois pour na­vi­guer dans des conte­nus et in­ter­agir avec les lu­nettes. Ce kit in­tro­duit éga­le­ment une nou­velle li­brai­rie, ins­pi­rée de celles uti­li­sées pour An­droid et des mises à jour se­ront pro­po­sées chaque mois. Charles Men­dis, res­pon­sable du dé­ve­lop­pe­ment lo­gi­ciel, ex­plique que les API uti­li­sées par Google pour le dé­ve­lop­pe­ment de ses propres ap­pli­ca­tions sont stric­te­ment iden­tiques à celles uti­li­sées par l’en­semble des dé­ve­lop­peurs, no­tam­ment Fa­ce­book et Twit­ter qui ont pro­fi­té de la confé­rence pour an­non­cer l’ar­ri­vée de ver­sions « Glass » de leurs ap­pli­ca­tions. De son cô­té Google a an­non­cé tra­vailler sur une ap­pli­ca­tion de re­con­nais­sance fa­ciale mais les ré­sul­tats ne sont pas suf­fi­sam­ment pro­bants au­jourd’hui pour qu’elle soit in­té­grée. Il fau­dra donc pa­tien­ter quelques temps.<

Isa­belle Ols­son, res­pon­sable du de­si­gn, montre l’un des pre­miers pro­to­types de Google Glass. No­tez l’élé­gance de la carte mère qui se ma­rie fort bien avec la cou­leur des che­veux de Ma­de­moi­selle Ols­son, ain­si qu’elle le sou­ligne elle-même.

Des lu­nettes de vue sur les­quelles ont été adap­tées les Google Glasses.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.