NON À VIN­TON!

L'Informaticien - - ÉDITO -

S’ex­pri­mant lors d’une con­fé­rence à la FTC (Com­mis­sion des af­faires éco­no­miques) amé­ri­caine, Vin­ton Cerf, l’un des pères de l’Internet en tant que coin­ven­teur du pro­to­cole TCP/IP, consi­dé­rait que la pro­tec­tion de la vie pri­vée était en fait une ano­ma­lie et qu’il se­rait de plus en plus dif­fi­cile d’as­su­rer cette pro­tec­tion. Il pre­nait comme ana­lo­gie la si­tua­tion de ja­dis dans des pe­tites villes ou vil­lages, où tout le monde sa­vait tout de tout le monde. Puis, pour­sui­vant l’ana­lo­gie avec le vil­lage glo­bal cher à Mar­shall Mc Lu­han, et fus­ti­geant le com­por­te­ment de beau­coup d’in­ter­nautes sur les ré­seaux so­ciaux, Vin­ton Cerf consi­dère que le com­bat est pra­ti­que­ment per­du. Mal­gré tout le res­pect que nous por­tons à cet homme, nous ne pou­vons que pen­ser à l’une des phrases du gé­né­ral de Gaulle : « La vieillesse est un nau­frage. Pour que rien ne nous fût épar­gné, la vieillesse du ma­ré­chal Pé­tain al­lait s’iden­ti­fier avec le nau­frage de la France » . La vieillesse de M. Cerf si­gni­fie­ra-t-il le nau­frage de la vie pri­vée sur Internet au mo­tif que rien ou presque n’a été pré­vu pour ? Nous ne pou­vons nous y ré­soudre et, fort heu­reu­se­ment, nous ne sommes pas les seuls. En ef­fet, si­mul­ta­né­ment à cette dé­cla­ra­tion re­layée à l’en­vi par les grands ac­teurs de l’Internet qui font leur laine sur ce dos d’in­for­ma­tions par­ta­gées, une jeune start-up bap­ti­sée Po­goP­lug vient de com­mer­cia­li­ser un boî­tier qui, pour 49 dol­lars, vous place dans un re­la­tif ano­ny­mat puisque l’en­semble de vos connexions passent par Tor. Tor­dons im­mé­dia­te­ment le cou à cer­taines idées re­çues. Tor n’est pas la pa­na­cée en ma­tière d’ano­ny­mat, pour dif­fé­rentes rai­sons et tout par­ti­cu­liè­re­ment parce que le prin­ci­pal bailleur de fonds du réseau en oi­gnon est l’État amé­ri­cain. Tou­te­fois, l’ano­ny­mat y est as­su­ré­ment mieux pré­ser­vé qu’ailleurs.

« AVEC UN PLUS GRAND NOMBRE DE RELAIS, LES PER­FOR­MANCES DE TOR POUR­RAIENT S’AMÉ­LIO­RER »

En se­cond lieu, la plu­part des lec­teurs de L’In­for­ma­ti­cien n’au­ront pas be­soin de ce boî­tier car ils sau­ront, eux, se dé­brouiller avec les dif­fé­rents com­po­sants d’ins­tal­la­tion de Tor. Mais la « box » pro­po­sée par Po­goP­lus n’est pas pour les geeks et autres nerds mais pour le grand pu­blic qui com­mence à se sou­cier de ces pro­blé­ma­tiques et ne sait pas trop com­ment s’en dé­pa­touiller. Outre ces fonctionna­lités in­trin­sèques, l’un des in­té­rêts de ce boî­tier – s’il réus­sit com­mer­cia­le­ment – se­ra éga­le­ment de dé­mul­ti­plier le nombre de relais Tor puis­qu’il n’en existe au­jourd’hui que 4 000 dans le monde. Dès lors, avec un plus grand nombre de relais, les per­for­mances de Tor pour­raient s’amé­lio­rer car c’est ce qui au­jourd’hui consti­tue un point faible. Tout ce­ci en at­ten­dant un nou­veau pro­duit qui de­vrait être dé­voi­lé par le tou­jours fan­tasque mais par­fois gé­nial John McA­fee qui a lui aus­si dé­ci­dé de s’at­ta­quer à cette grande ques­tion qu’est l’ano­ny­mat et le res­pect de la vie pri­vée de cha­cun.

Sté­phane Lar­cher, di­rec­teur de la ré­dac­tion

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.