L’in­fra­struc­ture SI de… Kayak Entre Zü­rich, Bos­ton et les nuages…

L’in­fra­struc­ture de…

L'Informaticien - - SOMMAIRE - GUILLAUME PéRISSAT

Com­pa­ra­tif de voyages dé­te­nu par le géant du tou­risme Pri­ce­line, der­rière le­quel on trouve éga­le­ment Boo­king ou en­core Ren­talCars, Kayak est dis­po­nible dans 40 pays, dont la France. Son in­fra­struc­ture in­for­ma­tique, très confi­den­tielle, re­pose en par­tie sur des four­nis­seurs de Cloud pu­blic, AWS et Mi­cro­soft en tête.

Pour peu que vous re­gar­diez la té­lé­vi­sion, vous n’avez pas pu man­quer les nom­breuses pu­bli­ci­tés fai­sant la pro­mo­tion de kayak.fr. S’il lui est im­pos­sible de don­ner les chiffres pré­cis pour la France, Tho­mas Par­ker, vice-pré­sident en charge des tech­no­lo­gies de l’in­for­ma­tion chez Kayak, nous in­dique que sur ses 40 sites, la plate-forme e-tou­risme re­cense 1,5 mil­liard de re­quêtes par an et 100 mil­lions de vi­si­teurs uniques par mois. Se­lon Si­mi­lar Web, le site fran­çais seul compte deux à trois mil­lions de vi­sites par mois, un tra­fic à plus de 85 % ori­gi­naire de France. À en croire Tho­mas Par­ker, l’in­fra­struc­ture in­for­ma­tique der­rière le site est di­men­sion­née dans son in­té­gra­li­té à l’échelle du groupe. Kayak.fr est hé­ber­gé dans plu­sieurs data centres en co­lo­ca­tion à Bos­ton et à Zü­rich. Im­pos­sible pour le vice-pré­sident de nous don­ner le nom des hé­ber­geurs. Nous sau­rons sim­ple­ment que la so­cié­té a choi­si ses dif­fé­rents

pres­ta­taires « en rai­son de la qua­li­té et la re­don­dance de leur in­fra­struc­ture, ain­si que pour la ra­pi­di­té et la fia­bi­li­té de leur bande pas­sante »

Sto­ckage SSD

À l’in­té­rieur, quelques cen­taines de ser­veurs : si Kayak loue les salles blanches, il reste pro­prié­taire de l’in­té­gra­li­té du ma­té­riel « pour pou­voir adap­ter le hard­ware à nos be­soins spé

ci­fiques » . La ges­tion est as­su­rée à la fois par le per­son­nel de la plate-forme d’e-tou­risme et par des pres­ta­taires ex­ternes. Tho­mas Par­ker nous ex­plique que l’en­tre­prise est pas­sée ces der­nières an­nées au sto­ckage SSD pour sto­cker ses bases de don­nées. Soit en­vi­ron un pe­ta­byte, dont une ma­jeure par­tie consa­crée au Big Data et à l’ana­lyse de don­nées. L’autre grande por­tion des bases de don­nées est dé­diée aux images, Kayak dis­po­sant de mil­lions d’images, prin­ci­pa­le­ment pour les hô­tels. « Le SSD nous a per­mis d’aug­men­ter la per­for­mance d’un cô­té et de ré­duire la quan­ti­té de hard­ware re­quise de l’autre, tout en éco­no­mi­sant de l’éner­gie » , ajoute- t-il. Et sur­tout, Kayak a mis l’ac­cent ces der­nières an­nées sur la vir­tua­li­sa­tion. « Grâce à ce chan­ge­ment, nous dé­pen­sons moins en termes de hard­ware et avons ré­duit notre consom­ma­tion d’éner­gie, tout en étant plus agiles pour ré­pondre à la de­mande qui évo­lue ra­pi­de­ment. » Une fois en­core, Tho­mas Par­ker ne peut nous don­ner de dé­tails quant aux

dif­fé­rents uti­li­sa­teurs aux­quels il a re­cours. Dans les pro­chains mois, Kayak a l’in­ten­tion de mas­si­fier la vir­tua­li­sa­tion de son in­fra­struc­ture « pour ac­cé­lé­rer le dé­ploie­ment et être en­core plus agiles » . Ce qui im­pli­que­ra bien sûr une uti­li­sa­tion plus im­por­tante du « Cloud Computing à la de­mande »

Une ex­crois­sance dans le Cloud

L’in­fra­struc­ture est re­don­dée, de sorte que cha­cun des data centres puisse sup­por­ter l’en­semble de la charge. « S’il y a une dé­faillance quelque part, nous pou­vons re­di­ri­ger le tra­fic en quelques mi­nutes vers un

autre centre » , sou­ligne Tho­mas Par­ker. Un plan de re­prise d’ac­ti­vi­té est tes­té tous les tri­mestres afin de s’assurer du bon fonc­tion­ne­ment de la bas­cule et de la ro­bus­tesse du re­lais. À ce­la s’ajoutent les ser­vices de plu­sieurs four­nis­seurs de Cloud, Mi­cro­soft et Ama­zon. Kayak ut ilise en com­plé - ment de son in­fra­struc­ture ces res­sources ac­ti­vables à la de­mande, de ma­nière à ré­pondre aux be­soins de la plate-forme. En ef­fet, l’en­tre­prise s’as­sure d’avoir « à tout mo­ment » une ca­pa­ci­té suf­fi­sante en termes de hard­ware pour ab­sor­ber les pics de tra­fic, mais les ser­vices de Cloud viennent eux aus­si sou­te­nir les mon­tées en charge. Plate- forme d’e- tour isme oblige, les pics de tra­fic suivent la sai­son­na­li­té. « Les gens ont ten­dance à re­cher­cher des voyages en dé­but de se­maine, juste après le week- end : on voit donc plus de tra­fic à ce mo­ment- là. On ob­serve éga­le­ment des pics pen­dant cer­taines pé­riodes spé­ci­fiques, comme le dé­but d’an­née. »

Load ba­lan­cing

Évi­dem­ment, pour la ges­tion du tra­fic, le com­pa­ra­teur de voyages ex­ploite les mé­thodes clas­siques : load ba­lan­cing, mise en cache des conte­nus et

«la­plu­sim­por­tante», le CDN. « Notre CDN fait du load ba­lan­cing au ni­veau glo­bal, pour que les vi­si­teurs eu­ro­péens soient re­di­ri­gés sur le data centre eu­ro­péen et que nos vi­si­teurs en Amé­rique du Nord soient re­di­ri­gés sur notre data centre aux États- Unis. Le CDN met éga­le­ment en cache tout le conte­nu sta­tique – images, ja­vas­cript, CSS, etc. – dans le data cen­ter de proxi­mi­té le plus proche de l’uti­li­sa­teur, afin de boos­ter la per­for­mance. » Si le site com­pa­ra­tif ne fait pas par­tie du Top 100 des sites fran­çais, il n’en est pas moins po­pu­laire… et donc une cible d’at­taques in­for­ma­tiques. À ce jour, Tho­mas Par­ker nous ex­plique que Kayak n’a pas eu à su­bir d’at­taques DDoS mas­sives, contre les­quelles il tra­vaille avec un pres­ta­taire ex­terne sur des me­sures d’at­té­nua­tions. Autre in­ves­tis­se­ment dans le do­maine de la sé­cu­ri­té, plu­sieurs couches de pro­duits de sur­veillance. « Toutes les in­for­ma­tions en pro­ve­nance de ces pro­duits sont re­cueillies dans un sys­tème cen­tra­li­sé, des­ti­né à si­gna­ler les pro­blèmes et à nous aler­ter en cas de be­soin. » Au­tre­ment dit, un SIEM – ou Se­cu­ri­ty In­for­ma­tion and Events Ma­na­ge­ment. En­fin, une fois par an, l’en­tre­prise pro­cède à un au­dit ex­terne de ses pro­ces­sus de sé­cu­ri­té et de son in­fra­struc­ture.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.