As­sis­tants vo­caux : Snips veut se frot­ter aux Gafam

L'Informaticien - - SOMMAIRE - S. LA.

Prête à concur­ren­cer les Alexa d’Ama­zon et Wit.ai de Fa­ce­book, la start-up fran­çaise Snips, spé­cia­li­sée en deep lear­ning et trai­te­ment du lan­gage, em­poche 12 mil­lions d’eu­ros alors même que sa plate-forme de créa­tion d’as­sis­tants vo­caux est of­fi­ciel­le­ment lan­cée.

Snips est une jeune pousse spé­cia­li­sée dans l’In­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle. Voi­ci 12 mois, elle a « pi­vo­té » – se­lon le jar­gon en vi­gueur. Plu­tôt que de se concen­trer sur son ap­pli­ca­tion pour mo­biles, elle s’est po­si­tion­née sur le mar­ché des as­sis­tants vo­caux, en conser­vant son ar­gu­ment clé : le Pri­va­cy by De­si­gn. Ain­si, les al­go­rithmes conçus par Snips tournent di­rec­te­ment sur le ter­mi­nal de l’uti­li­sa­teur, sans en­voyer la moindre don­née sur un quel­conque Cloud. Au­jourd’hui, Snips.ai vient se frot­ter aux Gafam sur le ter­rain des as­sis­tants vo­caux pour ob­jets connec­tés et pour­rait bien ra­fler la mise avec cet ar­gu­ment de pré­ser­va­tion des don­nées pour l’uti­li­sa­teur, une dif­fé­rence es­sen­tielle face aux concur­rents. «Nous sommes la seule so­lu­tion à ga­ran­tir la confor­mi­té avec le RGPD », as­sure le pré­sident-co­fon­da­teur de Snips, Rand Hin­di(1). Il ex­plique que la qua­li­té d’une IA ne dé­pend pas de la col­lecte de don­nées uti­li­sa­teurs : la jeune so­cié­té

ex­ploite pour sa part des don­nées d’en­traî­ne­ment pour par­faire ses al­gos. La dé­marche sé­duit les in­ves­tis­seurs : Snips vient de bou­cler une le­vée de fonds à 12 mil­lions d’eu­ros. Le tour de table réunis­sait K-Fund conseillé par Ko­re­lya Ca­pi­tal, le fonds de Fleur Pel­le­rin, la BPI France et le fonds Maif Ave­nir. Eniac Ven­tures, dé­jà in­ves­tis­seur lors de la le­vée d’amor­çage (5,6 mil­lions d’eu­ros en 2015), rem­pile pour cette Se­rie A. « Ce nou­veau fi­nan­ce­ment nous per­met­tra de conti­nuer à re­pous­ser les li­mites de l’AI et de la pri­va­cy, en ajou­tant plus de fonc­tion­na­li­tés aux as­sis­tants vo­caux pour tous les ap­pa­reils de la Pla­nète», se fé­li­cite Rand Hin­di, qui en­tend éga­le­ment ren­for­cer les équipes de Snips à Pa­ris et New York, tout par­ti­cu­liè­re­ment les équipes com­mer­ciales afin de dé­ve­lop­per l’in­té­gra­tion de la pla­te­forme dans une grande va­rié­té d’ap­pa­reils.

Une in­ter­face web pour conce­voir des as­sis­tants vo­caux

En pa­ral­lèle, Snips an­nonce le lan­ce­ment of­fi­ciel de sa pla­te­forme d’as­sis­tance vo­cale des­ti­née au sec­teur de l’élec­tro­nique. Pour l’heure, celle-ci est dis­po­nible li­bre­ment sous forme de dé­pôt, mais uni­que­ment pour Rasp­ber­ry Pi, afin que les branches R& D et simples bi­douilleurs ex­pé­ri­mentent la so­lu­tion de trai­te­ment du lan­gage na­tu­rel dé­ve­lop­pé par la start-up. D’autres plates-formes ar­ri­ve­ront dans quelques mois. À terme, Snips compte in­té­grer sa so­lu­tion à tous types de ter­mi­naux, du ré­fri­gé­ra­teur au smart­phone, de l’au­to­mo­bile à la té­lé­vi­sion. La plate-forme pro­pose pour l’ins­tant la re­con­nais­sance vo­cale, la per­son­na­li­sa­tion des mots clés, la com­pré­hen­sion du lan­gage na­tu­rel… seules manquent à l’ap­pel la syn­thèse vo­cale et la per­son­na­li­sa­tion de la com­mande d’ac­ti­va­tion («Hey Snips») mais ces fonc­tion­na­li­tés vont ar­ri­ver pro­chai­ne­ment. Se­lon une étude de Voice Re­port, il y au­ra 2,5 mil­liards d’ob­jets pi­lo­tés par la voix à l’ho­ri­zon 2021. D’ores et dé­jà, Snips est en contact avec de très nom­breux fa­bri­cants d’ob­jets connec­tés, les­quels de­vraient pré­sen­ter leurs pro­duits dans le cou­rant de l’an­née 2018. Les per­for­mances semblent au ren­dez-vous. En ef­fet, la so­lu­tion a ob­te­nu un taux de re­con­nais­sance de 93% aux tests F1 Score (me­sure de pré­ci­sion et de ro­bus­tesse) lorsque Fa­ce­book Wit.ai ob­tient 73 %, Google Api.ai réa­lise 71%, Mi­cro­soft Luis 69% et Ama­zon Alexa 56%. Nous avons pu dé­cou­vrir le fonc­tion­ne­ment de la plate-forme dans les lo­caux de Snips, où Rand Hin­di et Mi­chael Fes­ter, deux des fon­da­teurs, nous ont li­vré une dé­mons­tra­tion convain­cante de pi­lo­tage de lampes, ma­chine à ca­fé, ro­bot connec­té, tous pi­lo­tés par la voix, de ma­nière simple et ef­fi­cace. Rand Hin­di tient à pré­ci­ser que la plate-forme tire par­ti des der­nières in­no­va­tions en termes d’In­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle et qu’un tel pro­duit n’au­rait pu être créé voi­ci 6 mois.

La ma­chine à ca­fé et l’am­poule sont com­man­dées par la voix grâce à la plate-forme Snips sur un Rasp­ber­ry Pi.

Rand Hin­di, co-fon­da­teur et CEO de Snips.ai.

Mi­chael Fes­ter, co-fon­da­teur et CIO de Snips.ai.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.