Fa­ce­book sanc­tion­né en France et en Eu­rope

L'Informaticien - - L’ACTU DU MOIS -

Les sanc­tions sont tom­bées qua­si suc­ces­si­ve­ment, et leurs mon­tants sont mon­tés cres­cen­do : Fa­ce­book a connu deux dé­con­ve­nues coup sur coup au mois de mai. D’abord de la part de la Cnil fran­çaise en rai­son d’une di­zaine de man­que­ments à la loi In­for­ma­tique et Li­ber­tés re­mar­qués en 2015. N’ayant rien fait, la Cnil est pas­sée des pa­roles aux actes et lui a in­fli­gé 150 000 eu­ros d’amende. Ce mon­tant, dé­ri­soire pour le ré­seau so­cial, est pour­tant bien moindre que les 110 mil­lions d’eu­ros d’amende in­fli­gés quant à eux par la Com­mis­sion eu­ro­péenne cette fois- ci. Quand Fa­ce­book ra­che­tait Wha­tapp en 2014 pour 19 mil­liards de dol­lars, l’en­tre­prise de Mark Zu­cker­berg as­su­rait que ja­mais, au grand ja­mais, les deux pla­te­formes n’échan­ge­raient les don­nées de leurs uti­li­sa­teurs. Puis, sur­prise, le ré­seau so­cial est re­ve­nu l’an der­nier sur cette ga­ran­tie : open bar de don­nées per­son­nelles pour Fa­ce­book, avec le ci­blage pu­bli­ci­taire pour des­sein. C’est pour ce men­songe que Bruxelles a donc dé­ci­dé de sé­vir. No­tez que pa­ral­lè­le­ment, des fleu­rons IT eu­ro­péens ( tels que Dee­zer ou Spo­ti­fy) se re­biffent contre les pra­tiques « an­ti­com­mer­ciales » des géants amé­ri­cains comme Google ou Apple. La Com­mis­sion eu­ro­péenne ré­flé­chit à un pro­jet de loi.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.