OpenS­tack se re­centre sur les hé­ber­geurs pour pro­po­ser des al­ter­na­tives à AWS

La fon­da­tion planche dé­sor­mais sur l’in­té­gra­tion des plates- formes tierces afin que les hé­ber­geurs lo­caux pro­posent aux en­tre­prises au­tant de fonc­tions que les Clouds pu­blics amé­ri­cains.

L'Informaticien - - SOM­MAIRE -

D’ici à la fin 2019, les en­tre­prises pour­ront exé­cu­ter leurs ap­pli­ca­tions de­puis une fé­dé­ra­tion de Cloud pu­blics OpenS­tack, plu­tôt que chez les sem­pi­ter­nels Amé­ri­cains AWS, Mi­cro­soft Azure et autres Google Cloud Plat­form. « AWS et consort sont des Clouds pour les consom­ma­teurs. Nous al­lons pro­po­ser l’al­ter­na­tive d’un Cloud mon­dial ci­toyen, qui res­pecte les lé­gis­la­tions lo­cales, qui as­sure un sup­port de proxi­mi­té dans la langue de nos clients, mais qui se­ra, comme AWS, dis­po­nible sur tous les conti­nents, avec les mêmes stan­dards et les mêmes iden­ti­fiants, ce que nous autres, hé­ber­geurs de proxi­mi­té, ne sa­vions pas en­core faire » , a ain­si ex­pli­qué à L’In­for­ma­ti­cien Ma­ria­no Cu­niet­ti, le di­rec­teur tech­nique de l’hé­ber­geur ita­lien En­ter Cloud Suite. Il est l’un des 25 hé­ber­geurs dans le monde, avec les Fran­çais OVH et Orange, à s’être en­ga­gés dans la voie de ce Cloud al­ter­na­tif. Réunis dé­but no­vembre à Syd­ney, en Aus­tra­lie, pour le som­met se­mes­triel de la fon­da­tion OpenS­tack, hé­ber­geurs, édi­teurs, SSII et en­tre­prises du monde en­tier ont ac­té que leur pro­jet avait at­teint l’ob­jec­tif ini­tial, à sa­voir consti­tuer une so­lu­tion par­fai­te­ment fonc­tion­nelle pour dé­ployer un Cloud sur un lot d’in­fra­struc­tures phy­siques. En re­vanche, con­trai­re­ment à son concur­rent com­mer­cial VM­ware, OpenS­tack est in­va­ria­ble­ment plus uti­li­sé chez les hé­ber­geurs que dans les en­tre­prises. Et les grands comptes qui l’ont tout de même dé­ployé – des banques, des ins­ti­tu­tions pu­bliques et des centres de re­cherche in­dus­triel – s’as­si­milent eux- mêmes à des hé­ber­geurs : ils ont la par­ti­cu­la­ri­té de vou­loir com­mer­cia­li­ser en in­terne une offre de Cloud pri­vé iden­tique aux Cloud pu­blics pour évi­ter à tout prix d’ex­ter­na­li­ser leur pa­tri­moine. En clair, plus ques­tion de tordre l’usine à gaz OpenS­tack pour pro­po­ser aux DSI une so­lu­tion d’IaaS concur­rente à VM­ware. Le sa­lut du très éco­no­mique OpenS­tack re­pose dé­sor­mais es­sen­tiel­le­ment sur sa ca­pa­ci­té à in­dus­tria­li­ser chez les hé­ber­geurs lo­caux – ou as­si­mi­lés – des offres de Cloud au moins aus­si at­trayantes que celles d’AWS.

Vers un Cloud pu­blic plus simple et plus fonc­tion­nel

En at­ten­dant que les hé­ber­geurs dé­battent sur la meilleure ma­nière de com­mer­cia­li­ser un Cloud fé­dé­ré, la fon­da­tion va dé­sor­mais s’at­ta­cher à in­té­grer

Jo­na­than Bryce et Mark Col­lier, à la tête de la fon­da­tion OpenS­tack, prennent acte du fait que la ma­jo­ri­té des uti­li­sa­teurs de la plate- forme res­tent des hé­ber­geurs.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.