Wee­nove : la da­ta­viz pour les mé­tiers

L'Informaticien - - SOMMAIRE -

La jeune pousse bor­de­laise édite Bi­wee, un lo­gi­ciel de trai­te­ment de don­nées. Comme ses concur­rentes, cette so­lu­tion se connecte en temps réel aux sources de don­nées de l’en­tre­prise, fait l’agré­ga­tion et le croi­se­ment de toutes ces don­nées hé­té­ro­gènes, les ana­lyse et les res­ti­tue sous forme de KPI dans les ta­bleaux de bord. Jusque- là, rien ne la dif­fé­ren­cie de ce que peuvent pro­po­ser des Ta­bleau Soft­ware ou des Qlik. Mais, contrai­re­ment aux ac­teurs his­to­riques, Wee­nove a fait le choix dès le dé­part de s’adres­ser aux mé­tiers. C’est pour­quoi la start- up met l’ac­cent sur la fa­ci­li­té de mise en place et de construc­tion de ta­bleaux de bord. Évi­dem­ment, la sim­pli­ci­té d’ac­cès fait au­jourd’hui par­tie du dis­cours de la qua­si- to­ta­li­té du mar­ché, mais Wee­nove a fait de cette idée le sou­bas­se­ment de sa so­lu­tion. « On va se connec­ter en di­rect aux don­nées et les fu­sion­ner à la vo­lée » , nous ex­plique Ju­lien et Vincent Bar­bot, co- fon­da­teurs et res­pec­ti­ve­ment res­pon­sable du dé­ve­lop­pe­ment tech­nique et res­pon­sable de la R & D de Wee­nove. « Le client pour­ra ob­te­nir un pre­mier ta­bleau de bord en quelques heures, sans avoir à pas­ser par des pro­ces­sus com­plexes qui prennent des se­maines ou des mois. » Il faut évi­dem­ment que la don­née soit un mi­ni­mum struc­tu­rée : Bi­wee n’ira pas cher­cher l’in­fo dans un fi­chier Word brut… du moins pour le mo­ment. Les ta­bleaux de bord ne sont pas pré­dé­fi­nis mais per­son­na­li­sables « dans la li­mite de l’ou­til » . Sim­pli­ci­té oblige, la so­lu­tion est dis­po­nible en mode SaaS, quoi­qu’elle puisse être éga­le­ment ins­tal­lée de ma­nière hy­bride ou on- pre­mice dès lors qu’il est né­ces­saire de ré­pondre à cer taines contrainte­s, comme celles de la Di­rec­tion gé­né­rale de l’Aviation ci­vile ou d’ERDF.

Pré­dic­tif à la vo­lée

Au- de­là du ta­bleau de bord à la vo­lée en trois clics, la jeune en­tre­prise tra­vaille éga­le­ment à sim­pli­fier le vo­let ma­chine lear­ning. Pour l’heure, il est sur­tout ques­tion de R & D et de PoC mais, sur les fonc­tions pré­di­ci­tives, Wee­nove a « plu­sieurs choses en be­ta » , tes­tées par des clients pi­lotes. L’ap­proche est la même que sur la BI : « On s’at­tache à sim­pli­fier la par­tie ma­chine lear­ning, de fa­çon au­to­ma­ti­sée, sans avoir à pas­ser par le da­tas­cien­tist » , sou­lignent les deux co- fon­da­teurs. « En deux clics, on est ca­pable de faire de la ré­gres­sion, de la clas­si­fi­ca­tion, etc. : on va ré­cu­pé­rer les don­nées, faire tour­ner des di­zaines d’al­go sur ces don­nées pré­pa­rées et au fi­nal on voit ce qui marche le mieux dans le contexte du client. » L’al­go­rithme va ain­si re­mon­ter les don­nées plus per­ti­nentes pour ré­pondre à la ques­tion ini­tiale du client. Et ce n’est là qu’une pre­mière brique du pro­jet R & D de la start- up : du pré­dic­tif pro- ac­tif, où l’al­go­rithme re­monte des don­nées per­ti­nentes sans que le client ait à lui po­ser une ques­tion, est éga­le­ment au pro­gramme.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.