Guil­hem Va­len­tin, di­rec­teur des opé­ra­tions de Sy­napse Dé­ve­lop­pe­ment « Le Ma­chine Lear­ning a ses li­mites »

L'Informaticien - - DEV -

« Beau­coup des chat­bots dé­ve­lop­pés au­jourd’hui sont très scé­na­ri­sés et ne fonc­tion­ne­ment bien que sur des pé­ri­mètres très res­treints. Cette ap­proche est adap­tée pour com­man­der des piz­zas où le scé­na­rio est as­sez évident, mais si on veut mettre en place un chat­bot ca­pable de ré­pondre des ques­tions por­tant sur un vaste champ de connais­sances, c’est plus com­plexe. Les so­lu­tions sur le mar­ché se basent sur une dé­fi­ni­tion des in­ten­tions et des ac­tions et lors­qu’il s’agit de pé­ri­mètres de connais­sances plus ou­verts, cette ap­proche est bien trop com­plexe à main­te­nir. Il n’est pas pos­sible d’al­ler au- de­là de 100 à 200 in­ten­tions, grand maxi­mum. Notre ap­proche ba­sée sur la lin­guis­tique per­met de ré­pondre à plu­sieurs cen­taines de mil­liers de ré­ponses pos­sibles. C’est ce qui pousse de nom­breux concep­teurs de chat­bots à s’in­té­res­ser à notre ap­proche pour avoir des chat­bots plus au­to­ma­ti­sés. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.