La gen­dar­me­rie a me­né la plus large mi­gra­tion Li­nux de France

L'Informaticien - - APPS -

C’est le cas d’adop­tion d’un OS Li­nux le plus ré­gu­liè­re­ment ci­té par les pro­mo­teurs de l’Open­Source. En­ta­mée en 2004, la mi­gra­tion de la ma­ré­chaus­sée vers des so­lu­tions libres a dé­bu­té par le dé­ploie­ment de Fi­re­fox, du client de mes­sa­ge­rie Thun­der­bird ain­si que la suite bu­reau­tique OpenOf­fice. Mais de­puis 2008, la gen­dar­me­rie a rem­pla­cé pro­gres­si­ve­ment Win­dows par une dé­cli­nai­son d’Ubun­tu : « GendBun­tu » . Dé­ve­lop­pé par ses propres ser­vices in­for­ma­tiques, cet OS in­tègre no­tam­ment des briques de sé­cu­ri­té et une in­ter­face vi­suelle spé­ci­fique. Bou­clée en 2014, cette mi­gra­tion a por­té sur 70 000 postes, ce qui re­pré­sente la plus grosse mi­gra­tion vers un OS Li­nux en France. Il reste sim­ple­ment une di­zaine de mil­liers de postes de tra­vail sous Win­dows pour faire tour­ner quelques « clients lourds spé­ci­fiques » , no­tam­ment pour la comp­ta­bi­li­té et pour des en­quêtes tech­niques ou scien­ti­fiques. La rai­son prin­ci­pale de cette mi­gra­tion était fi­nan­cière. En 2008, Win­dows ar­ri­vait en fin de sup­port et Microsoft in­ci­tait à pas­ser à Vis­ta. La gen­dar­me­rie fai­sait alors face à des contrainte­s bud­gé­taires im­por­tantes et a donc cher­ché une al­ter­na­tive moins oné­reuse que de re­nou­ve­ler ses li­cences Win­dows.

( Lire éga­le­ment L’In­for­ma­ti­cien nu­mé­ro 151)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.