L’Es­sen­tiel de l’ac­tua­li­té du mois

L'Informaticien - - SOMMAIRE -

Apple tue iTunes, Mee­ro li­corne sur­prise, Slack entre en Bourse et casse la ba­raque, sous em­bar­go Hua­wei ac­cuse le coup ses four­nis­seurs aus­si, au Google Cloud Sum­mit la confiance est de mise, les im­pôts en panne : pro­cras­ti­na­tion ou DDoS ?

La confé­rence dé­ve­lop­peurs d’Apple a été l’oc­ca­sion, en dé­but juin, de moult an­nonces mais cer­taines re­tiennent l’at­ten­tion plus que d’autres. À com­men­cer par la mort d’iTunes. Lan­cé il y a près de vingt ans, le ges­tion­naire de mu­sique, puis de pho­tos, puis de syn­chro­ni­sa­tion, etc., était de­ve­nu au fil des an­nées une ap­pli­ca­tion lourde, dif­forme, ac­cu­mu­la­tion de couches suc­ces­sives au grand dam de la RAM et des CPU. De­puis long­temps, la re­fonte mas­sive du ser­vice d’Apple fait l’ob­jet de bien des ru­meurs mais au mo­ment où la marque à la Pomme se ré­oriente vers les ser­vices, c’est bien à un en­ter­re­ment plu­tôt qu’à un ra­va­le­ment de fa­çade que iTunes doit se préparer. Et ce avec MacOS Ca­ti­li­na, le pro­chain sys­tème d’ex­ploi­ta­tion des­ti­né aux or­di­na­teurs de la marque, a pré­ve­nu sur scène Craig Fe­de­ri­ghi. En lieu et place, pas moins de trois ap­pli­ca­tions dis­tinctes : Apple Mu­sic pour la mu­sique, Apple Pod­cast pour les pod­casts et Apple TV pour les films, vi­déos et autres. La syn­chro­ni­sa­tion entre ter­mi­naux mo­biles et Mac se fe­ra par un uti­li­taire. En par­lant d’OS et de ter­mi­naux jus­te­ment, Apple a créé la sur­prise en an­non­çant iPadOS. Exit iOS, les ta­blettes mar­quées d’une Pomme ont dé­sor­mais droit à leur propre sys­tème d’ex­ploi­ta­tion, conçu spé­cia­le­ment pour elles. Gra­phi­que­ment néan­moins, on garde un pe­tit goût d’iOS, mâ­ti­né de fonc­tion­na­li­tés dé­diées au grand écran donc à la pro­duc­ti­vi­té. Mul­ti­tâche sim­pli­fié, gestes dé­diés au co­pier- col­ler, ap­pli­ca­tions re­pen­sés… ce n’est pas vrai­ment le grand jeu mais il fau­dra s’en conten­ter, d’au­tant qu’on ignore en­core si la base reste iOS et comment la com­pa­ti­bi­li­té des ap­pli­ca­tions exis­tantes se­ra as­su­rée. En­fin, Cu­per­ti­no a dé­voi­lé une grande nou­veau­té : un bou­ton « Si­gn on with Apple » . Il s’agit pour un uti­li­sa­teur de se connec­ter à une ap­pli­ca­tion ou un ser­vice tiers à l’aide de son compte Apple ou avec Fa­ceID. Exac­te­ment comme les bou­tons pro­po­sés par Google, Fa­ce­book, Lin­kedIn ou Twit­ter. À un dé­tail près : Apple, lui, pro­tège la vie pri­vée de ses uti­li­sa­teurs – quand bien même une pro­cé­dure ju­di­ciaire ou­verte aux États- Unis clame le contraire. Pas de ci­blage pu­bli­ci­taire : les ap­pli­ca­tions tierces peuvent de­man­der des in­for­ma­tions sur l’uti­li­sa­teur, mais ce der­nier a la pos­si­bi­li­té de ne pas les ré­vé­ler. « Si­gn on with Apple » crée alors une adresse mail dé­diée sur la­quelle Apple re­ce­vra les no­ti­fi­ca­tions de l’ap­pli­ca­tion avant de les trans­mettre à l’uti­li­sa­teur. Tim Cook as­sure ne vi­ser per­sonne… néan­moins, les dif­fé­rentes « gui­de­lines » aux édi­teurs et dé­ve­lop­peurs d’apps leur conseillen­t for­te­ment d’intégrer le bou­ton Apple dès lors qu’ils veulent pro­po­ser d’autres bou­tons, et de mettre le « Si­gn on with Apple » avant les autres, de pré­fé­rence.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.