Guillaume : cer­ti­fi­ca­teur

L'Informaticien - - ACTIV'IT -

Après une classe pré­pa­ra­toire et une école d’in­gé­nieurs en in­for­ma­tique et ma­thé­ma­tiques ap­pli­quées, Guillaume de­vient dé­ve­lop­peur dans le do­maine de l’ima­ge­rie. Il ex­plique en­suite être ve­nu à la sé­cu­ri­té, un peu par ac­ci­dent… « J’ai bas­cu­lé dans la sé­cu­ri­té par goût. Je trou­vais les su­jets très in­té­res­sants » . In­quiet de ne pas être au ni­veau tech­ni­que­ment, il se retient de pos­tu­ler à plu­sieurs re­prises à l’Anssi, avant de ten­ter sa chance en 2016. « J’avais éga­le­ment comme crainte que l’Anssi soit quelque chose de très fran­co- fran­çais, d’un peu pous­sié­reux… Et heu­reu­se­ment, j’ai été dé­trom­pé sur les deux as­pects. D’une part notre rôle à la cer­ti­fi­ca­tion n’est pas ce­lui d’un ex­pert tech­nique. On échange avec les ex­perts, mais on n’a pas né­ces­sai­re­ment be­soin d’en être un soi- même. Et sur le côté fran­co- fran­çais : quelques mois après mon ar­ri­vée, je me re­trou­vais en Nou­velle- Zé­lande à dis­cu­ter en an­glais de su­jets un peu com­pli­qués. C’était plu­tôt très sti­mu­lant. » Au quo­ti­dien, Guillaume exerce des mis­sions très di­verses. Il ren­contre beau­coup de monde « du pri­vé comme du pu­blic et de dif­fé­rents pays » . Il évoque des enjeux très va­riés : tech­no­lo­giques, éco­no­miques, ré­gle­men­taires ou de gou­ver­nance. Il se dit par­ti­cu­liè­re­ment at­ta­ché à la notion de ser­vice pu­blic. « Le lun­di ma­tin, je ne me pose pas la ques­tion “Pour­quoi je fais ça ? ” Ici on a vrai­ment le sen­ti­ment de ser­vir à quelque chose. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.