« La den­si­té de l’epyc Gen2 per­met de dis­po­ser d’un bien plus grand nombre de coeurs opé­rant à des fré­quences à plus de 2 GHZ »

Da­mien Dé­clat, vice- pré­sident, di­rec­teur des ac­ti­vi­tés HPC, IA et Quan­tique chez Atos

L'Informaticien - - CLOUD & INFRA -

« Les prin­ci­paux avan­tages du pro­ces­seur AMD Epyc Gen2 ré­sident dans la den­si­té, puis­qu’il peut of­frir jus­qu’à 64 coeurs pour une consom­ma­tion éner­gé­tique me­su­rée ( 225 W pour les pro­ces­seurs les plus consom­ma­teurs), mais aus­si un ac­cès à la mé­moire plus im­por­tante avec l’uti­li­sa­tion de 8 ca­naux mé­moire et une mé­moire ca­den­cée à 3 200 MHZ. Bien que le nombre d’opé­ra­tions par cycle soit de 16 pour le pro­ces­seur AMD Rome, contre 32 pour les pro­ces­seurs In­tel Xeon, l’ef­fi­ca­ci­té ap­pli­ca­tive de ce pro­ces­seur est proche de la gé­né­ra­tion ac­tuelle In­tel Xeon pour une com­pa­rai­son coeur à coeur. Cette den­si­té per­met pour un même nombre de noeuds de dis­po­ser d’un bien plus grand nombre de coeurs opé­rant à des fré­quences à plus de 2 GHZ et donc de tour­ner des charges ap­pli­ca­tives consé­quentes, quelle que soit la na­ture des ap­pli­ca­tions consi­dé­rées. Les so­lu­tions de cal­cul haute per­for­mance Bull­se­qua­na d’atos sont pen­sées afin de per­mettre l’in­té­gra­tion des meilleures tech­no­lo­gies du mar­ché. Ain­si, la plate- forme Bull­se­qua­na XH2000 per­met d’in­té­grer les pro­ces­seurs In­tel Xeon, AMD Rome ou en­core ARM Mar­vell – tout comme les ac­cé­lé­ra­teurs Nvi­dia GPUS. Dès le deuxième se­mestre 2019, Atos four­ni­ra à dif­fé­rents clients des so­lu­tions AMD Epyc Rome. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.