« Res­ter maître de son des­tin ! »

L'Informaticien - - EMPLOI -

Thi­baud Droin, di­rec­teur gé­né­ral de Free­lance In­for­ma­tique.

« Les free­lances de­mandent de plus en plus à être ac­teurs. C’est- à- dire qu’il y a quelques an­nées, ils nous voyaient uni­que­ment comme une so­cié­té de ser­vices qui leur trou­vaient une mis­sion. À pré­sent, ils sont un peu plus ac­teurs avec tout l’élan du free­lance mo­derne, ils ont une vi­sion de leur mé­tier qui est dif­fé­rente. Lors­qu’on leur pro­po­sait une mis­sion il y a une di­zaine d’an­nées, ils la pre­naient ou ne la pre­naient pas en se ba­sant sur des cri­tères basiques tels que le lieu, les ta­rifs, etc. Au­jourd’hui, ils prennent en compte les conte­nus de pro­jets, ou en­core les as­pects tech­no­lo­giques. On sent qu’ils ne de­viennent pas for­cé­ment free­lances sur des cri­tères éco­no­miques, mais vrai­ment parce qu’ils donnent une vé­ri­table orien­ta­tion pour choi­sir leur mis­sion, pour être uni­que­ment dans un do­maine d’ex­per­tise tech­nique, etc. Le vo­lume des free­lances et l’in­té­rêt des en­tre­prises pour ces der­niers aug­mentent de ma­nière si­gni­fi­ca­tive, mais l’ap­proche même des free­lances a beau­coup évo­lué. Même si le mar­ché du tra­vail a aus­si chan­gé, les gens cherchent de plus en plus à être maîtres de leur des­tin et l’en­tre­pre­neu­riat re­pré­sente pour eux une ma­nière comme une autre d’y par­ve­nir. Si vous êtes in­gé­nieur en in­for­ma­tique et que vous avez un pa­tron, vous n’al­lez pas choi­sir les tech­no­lo­gies et les pro­jets sur les­quels vous al­lez tra­vailler. Si vous êtes free­lance, vous êtes en ca­pa­ci­té d’ac­cep­ter cer­tains pro­jets ou d’en re­fu­ser d’autres et même de n’ac­cep­ter que des mis­sions dans un do­maine d’ex­per­tise dans le­quel vous sou­hai­tez vous spé­cia­li­ser. Le mar­ché du tra­vail est tel­le­ment fa­vo­rable aux in­ter­ve­nants qu’ils peuvent se le per­mettre. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.