Com­bien touchent vos as­so­cia­tions

Pour­quoi la ville de Beau­vais a- t- elle di­mi­nué de 8 % son en­ve­loppe en 2015 ? Les­quelles sont les plus tou­chées ? Com­ment s’adaptent- elles à cette baisse ? Les ré­ponses dans notre dos­sier.

L'Observateur de Beauvais - - LA UNE -

«On n’avait pas le choix !» Après avoir fait des éco­no­mies im­por­tantes no­tam­ment sur les charges du per­son­nel et sur les frais de com­mu­ni­ca­tion, la Ville es­ti­mait de­voir trou­ver d’autres le­viers pour com­pen­ser les baisses des do­ta­tions de l’Etat, de l’ordre de 2 mil­lions d’eu­ros chaque an­née du­rant trois ans. « Même si cette dé­ci­sion n’est ja­mais fa­cile à prendre, je pense que tous les di­ri­geants ont com­pris notre dé­marche. Cer­tains nous ont même dit qu’il était nor­mal qu’en cette pé­riode de crise, ils soient éga­le­ment mis à contri­bu­tion» , ex­plique le pre­mier ad­joint, char­gé entre autres des re­la­tions avec les as­so­cia­tions, Franck Pia. • Après re­tour des dos­siers ou des contrats d’ob­jec­tifs, la Ville a donc dé­ci­dé de bais­ser l’en­ve­loppe glo­bale de sub­ven­tions de 550 000 eu­ros, à sa­voir que la to­ta­li­té des do­ta­tions qui s’éle­vait à 6,650 mil­lions d’eu­ros en 2014 est pas­sée à 5,290 mil­lions d’eu­ros, abs­trac­tion faite des do­ta­tions trans­fé­rées à l’Ag­glo dont la somme s’élève à 800000 eu­ros. La di­mi­nu­tion de l’en­ve­loppe est donc de 8 % en 2015. Et d’autres baisses ré­gu­lières sont dé­jà ac­tées en fonc­tion de la baisse des do­ta­tions de l’Etat pro­gram­mée jus­qu’en 2017. • Le pre­mier ad­joint Franck Pia pour le do­maine so­cial, le maire-ad­joint, Phi­lippe Vi­bert pour les sports et son ho­mo­logue Arnaud de Sainte-Ma­rie pour le do­maine cultu­rel ont donc eu la lourde tâche d’an­non­cer aux re­pré­sen­tants des as­so­cia­tions de leur do­maine de com­pé­tence la baisse des aides. «On les a tous ren­con­trés ou presque, ex­plique Franck Pia. On leur a dit qu’on al­lait leur bais­ser la sub­ven­tion et en fonc­tion, on leur a de­man­dé com­ment

ils pou­vaient gé­rer cette baisse, si elle était sup­por­table pour eux» , ajoute l’élu. Un dia­logue a été en­ga­gé très tôt pour trou­ver des so­lu­tions» . • Ce qui est cer­tain, c’est que toutes les as­so­cia­tions n’ont pas été im­pac­tées de la même fa­çon. « Nous avons fait en sorte d’épar­gner le plus pos­sible, en cette pé­riode de crise, les as­so­cia­tions à vo­ca­tion so­ciale. Et notre ob­jec­tif n’était pas non plus d’af­fai­blir un peu plus cer­taines as­so­cia­tions dé­jà en dif­fi­cul­té. On a donc pris en compte la si­tua­tion des as­so­cia­tions mais éga­le­ment leurs pro­jets, leurs am­bi­tions avant de prendre une dé­ci­sion» . • Les grosses as­so­cia­tions sou­mises à un contrat trien­nal d’ob­jec­tifs, celles qui touchent une aide de plus de 15 000 eu­ros, ont été mises for­te­ment à contri­bu­tion, no­tam­ment dans le do­maine du sport et de la culture. Cer­taines comme Les amis du ci­né­ma qui or­ga­nisent le festival du ci­né­ma ont per­du 50 % de leur aide. D’autres comme l’as­so­cia­tion pour le rayon­ne­ment du vio­lon­celle ont vu leur do­ta­tion for­te­ment bais­ser de 36 %. Le Bouc Vol­ley a du an­ti­ci­per une baisse de 25 000 eu­ros. Mais, en gé­né­ral (voir les ta­bleaux en page 10 et 11), la baisse moyenne os­cille aux alen­tours des 10 %. • Si les aides sont ré­par­ties en fonc­tion de cri­tères pré­cis, la Ville peut éga­le­ment ai­der les as­so­cia­tions à or­ga­ni­ser des éve­né­ments. Et elles peuvent bé­né­fi­cier alors d’un fond de la Ville dé­dié à ce genre d’ini­tia­tives et qui n’est pas dé­duite de la sub­ven­tion. • Pour li­mi­ter les consé­quences suite aux baisses des aides, les as­so­cia­tions ont été ap­pe­lées à mu­tua­li­ser leurs moyens pour or­ga­ni­ser des ac­tions ou des évè­ne­ments. Par ailleurs, l’as­so­cia­tions Pas­se­port et loi­sirs s’est vu fixer un emis­sion pré­cise: pro­po­ser du per­son­nel à des as­so­cia­tions pour mu­ta­li­ser cer­taines tâches comme le se­cré­ta­riat par exemple. Dos­sier réa­li­sé par la ré­dac­tion Retrouvez en page 10 et 11 le ta­bleau des do­ta­tions des as­so­cia­tions et en page 12 d’autres ré­ac­tions

«En cette pé­riode de crise, nous avons fait en sorte d’épar­gner le plus pos­sible les as­so­cia­tions à vo­ca­tions so­ciales». de Franck Pia, pre­mier ad­joint à la Ville de Beau­vais.

En 2015, l’en­ve­loppe dé­diée aux as­so­cia­tions a di­mi­nué de 550 000 eu­ros. La Ville a de­man­dé aux res­pon­sables d’as­sos d’an­ti­ci­per cette baisse et de s’ada­pa­ter à cette nou­velle donne.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.