L’an­cien maire tacle le nou­veau après les voeux

L'Observateur de Beauvais - - LA UNE -

Ber­nard Ville­neuve a beau avoir dé­mis­sion­né il y a quelques mois du conseil mu­ni­ci­pal ( où il sié­geait en tant que simple conseiller suite à sa dé­faite lors des der­nières élec­tions mu­ni­ci­pales), l’an­cien maire de Noailles « reste vi­gi­lant » sur la ques­tion du développem­ent de la com­mune. Et il le fait sa­voir en sor­tant de sa ré­serve, via une lettre qu’il a adres­sée aux mé­dias lo­caux. Cour­rier dans le­quel il porte un re­gard cri­tique sur les voeux de son suc­ces­seur Be­noît Bi­be­ron. « Au­jourd'hui, je n'ai plus de res­pon­sa­bi­li­tés mu­ni­ci­pales mais je peux ré­pondre des op­tions que nous a vions prises con­for­mé­ment aux sou­haits des Noaillais » , jus­ti­fie ce­lui qui ex­plique vou­loir « ap­por­ter c er­taines ré­ponses aux Noaillais qui, en­core ré­gu­liè­re­ment, s'in­ter­rogent et m'in­ter­rogent sur l'ave­nir de la com­mune » . « Les Noaillais pré­sents à la cé­ré­mo­nie de s v oeux du maire ont pu res­ter sur leur faim, au moins jus­qu’ à la ga­lette… » , iro­nise ain­si l’an­cien pre­mier ma­gis­trat noaillais, qui n’a ma­ni­fes­te­ment pas été convain­cu par le « ra­pide bil an de l ’an­née 2014 » li­vré par son suc­ces­seur le 16 jan­vier der­nier, re­le­vant entre autres que « l’opé- ra­tion « Voi­sins vi­gi­lants » pré­sen­tée en conseil mu­ni­ci­pal en sep­tembre 2013 [ sous sa man­da­ture, ndlr] est pour­sui­vie » . Et si Ber­nard Ville­neuve re­joint Be­noît Bi­be­ron sur la né­ces­si­té d’en­ga­ger des tra­vaux dans le ci­me­tière, il se montre moins en­thou­siaste lors­qu’il évoque les réunions de quar­tiers « main­te­nues » par la nou­velle mu­ni­ci­pa­li­té et « qui ne sus­citent sou­vent l’en­thou­siasme que chez les nou­veaux élus » . « Jusque- là rien de bien nou­veau, la vie conti­nue » , pour­suit sur le même ton Ber­nard Ville­neuve pour qui « la seule réelle nou­veau­té » pré­sen­tée par Be­noît Bi­be­ron lors de ses voeux est la créa­tion d’un ska­te­park. « Pour ce qui est des pro­jets et du de­ve­nir de la com­mune, pas de grand des­sein ap­puy é sur une vi­sion am­bi­tieuse, re­grette l’an­cien élu. Aux ou­bliettes le Bois des lu­tins… Pas un mot sur la zone d’ac­ti­vi­tés et le centre c om­mer­cial t ant at­ten­dus des Noaillais » . Quant à la vo­lon­té af­fi­chée du nou­veau maire de re­dy­na­mi­ser le centre- ville avec l’im­plan­ta­tion de com­merces, Ber­nard Ville­neuve se montre, là en­core, per­plexe. « Il n’existe pas ac­tuel­le­ment de lo­caux suf­fi­sants et adap­tés aux nou­velles règles d’ac­ces­si­bi­li­té et d’autre part, l’axe RD 1001, qu’em­pruntent en­vi­ron 13000 vé­hi­cules chaque jour, in­ter­dit la créa­tion d’un réel es­pace de vie sé­cu­ri­sé, pro­pice au déve- lop­pe­ment de l’ac­ti­vi­té com­mer­ciale » , es­time le Noaillais que cer­tains ju­ge­ront sû­re­ment, après cette sor­tie, mau­vais per­dant…

Be­noît Bi­be­ron n’a pas convain­cu Ber­nard Ville­neuve.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.