Le ter­rain de cross dé­truit par un in­cen­die vo­lon­taire

Les dé­gâts sont im­por­tants après l’in­cen­die qui a fait rage peu avant 20 h 30, mer­cre­di 28 jan­vier.

L'Observateur de Beauvais - - LA UNE -

C' est trente-trois ans mis par terre » ré­sume Élie De­la­neu­ville, pré­sident du Lio­vette mo­to club. Vi­si­ble­ment cho­qué, il pro­mène son re­gard sur ce qui reste des installati­ons du ter­rain de mo­to­cross beau­vai­sien si­tué au bout de la rue de VillersSai­nt-Lucien, après l’in­cen­die qui a fait rage mer­cre­di 28 jan­vier, en dé­but de soi­rée. Ce jeu­di, au len­de­main du drame, il y a aus­si là des di­ri­geants du club, ré­so­lus à ne pas se lais­ser abattre, mais aus­si son fils.

Un amas de tôles et d’ob­jets brû­lés

C’est un voi­sin de la fa­mille qui a don­né l’alerte peu avant 20 h 30, mer­cre­di 28 jan­vier, alors que les pom­piers étaient dé­jà en route, aver­tis par l’un des leurs alors qu’il pas­sait sur la ro­cade nord. Pour maî­tri­ser l’in­cen­die, sont in­ter­ve­nus sur place, non-seule­ment les hommes du feu de Beau­vais, mais éga­le­ment ceux de Tillé et de La Cha­pelle-aux-Pots. Les dé­gâts ré­sul­tant du si­nistre sont im­por­tants : des deux han­gars, dont l’un abri­tait du ma­té­riel et l’autre ser­vait de lieu de res­tau­ra­tion et de point mé­di­cal, il ne reste qu’un amas de tôles et d’ob­jets brû­lés.

Actes de van­da­lisme

Une en­quête a été ou­verte pour faire la lu­mière sur cette af­faire, mais il fait peu de doutes, au ni­veau du club, que les dé­gâts sont le ré­sul­tat d’actes de van­da­lisme. En ef­fet, il n’y a pas que l’in­cen­die. Le por­tail d’en­trée du ter- rain de cross a, semble-t-il, été en­fon­cé par une voi­ture bé­lier, la­quelle au­rait éga­le­ment per­cu­té une ca­mion­nette et em­bou­ti la porte d’un bâ­ti­ment abri­tant une cuve et un groupe élec­tro­gène, ain­si que les deux bâ­ti­ments ra­va­gés par les flammes. Si le coup est rude, du cô­té du Lio­vette mo­to club, on as­sure que le club de­meure ac­tif.

De deux des bâ­ti­ments, dont l’un abri­tait du ma­té­riel et l’autre ser­vait de lieu de res­tau­ra­tion et de point mé­di­cal, il ne reste plus qu’un amas de tôles et d’ob­jets brû­lés.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.