Mor­te­fon­taine inon­dée : «ça ta­pait vrai­ment fort”

L'Observateur de Beauvais - - FAITS DIVERS TRIBUNAL -

Ins­tal­lée de­puis un an rue Haute à Mor­te­fon­taine en Thelle, cette fa­mille n’avait jusque là ja­mais connu un tel phé­no­mène. “On avait bien eu une re­mon­tée d’eau en jan­vier mais c’était lié à la nappe phréa­tique, pré­cise Elo­di, une mère de fa­mille de deux en­fants. Di­manche, alors qu’elle ran­geait sa mai­son après avoir re­çu du monde, elle a vu le ciel chan­ger. “Il était bleu puis il est de­ve­nu très gris”. Aux alen­tours de 20h45, l’orage s’est abat­tu sur la com­mune. «On a dé­jà eu une tem­pête de grêle, ça ta­pait fort, no­tam­ment au 1er sur les Velux puis après, on a eu l’eau, beau­coup d’eau et de la boue. Là, je me suis dit qu’on al­lait vrai­ment fi­nir par être inon­dés ». Il faut dire Di­manche, un tor­rent de boue a dé­va­lé la rue haute de la com­mune, inon­dant de nom­breuses mai­sons (pho­to SDIS) que deux jours plus tôt, l’eau s’était dé­jà in­fil­trée dans leur sous-sol tou­chant la cave à vin. “Nous avions dé­jà tout sur­éle­vé à cette oc­ca­sion”. Une pré­cau­tion im­por­tante car l’eau a fait son re­tour. «Oui mais c’était sans com­mune me­sure avec ce qu’ont vé­cu les mai­sons en contre­bas. Nous, nous avons la chance d’être en haut, mais l’eau et la boue dé­va­laient la rue très ra­pi­de­ment et al­laient ta­per les mai­sons en contre­bas» . Des images qu’Elo­die gar­de­ra en mé­moire d’au­tant que le len­de­main ma­tin, en ac­com­pa­gnant ses filles à l’école, elle a pu se rendre compte de l’éten­due des dé­gâts. «Par­tout, il y avait de la boue et sur­tout des cailloux».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.