L’Ita­lie et l’eu­ro

L'Observateur de Beauvais - - OPINIONS - Jean-Pierre de Ker­raoul

À force de ne pas s’oc­cu­per des pro­blèmes, ils fi­nissent par vous sau­ter à la fi­gure. Au plus fort de la crise des mi­grants, en 2015, l’Eu­rope a lais­sé l’Ita­lie se dé­brouiller à peu près seule. Im­pos­sible à l’époque de trou­ver un ac­cord sur une vraie po­li­tique mi­gra­toire, no­tam­ment à cause de l’hos­ti­li­té to­tale de pays de l’Est eu­ro­péen. Ré­sul­tat : l’Ita­lie a conti­nué de voir af­fluer des di­zaines de mil­liers de mi­grants, tous les mois, sans que ses voi­sins et par­te­naires – y com­pris la France – par­tagent l’ef­fort. Ni sans qu’au­cun ef­fort in­ter­na­tio­nal si­gni­fi­ca­tif soit en­tre­pris pour ré­duire le dé­bit de la source, dans les pays en guerre et/ou mi­sé­rables, de l’autre cô­té de la Mé­di­ter­ra­née. La consé­quence po­li­tique en Ita­lie n’était pas dif­fi­cile à pré­voir, Mat­teo Ren­zi ba­layé aux élec­tions de mars der­nier, l’ex­trême droite et le mou­ve­ment po­pu­liste cinq étoiles triom­phaient. Après dix se­maines de trac­ta­tions, ils s’en­ten­daient pour for­mer un gou­ver­ne­ment, dont le mi­nistre de l’éco­no­mie au­rait été plus qu’eu­ros­cep­tique, ou­ver­te­ment hos­tile à l’eu­ro. Le pré­sident de la ré­pu­blique, Ser­gio Mat­ta­rel­la, s’est op­po­sé à cette no­mi­na­tion, au nom des en­ga­ge­ments eu­ro­péens du pays et du risque ma­jeur que fe­rait courir aux Ita­liens une crise de l’eu­ro. Dans l’im­passe po­li­tique, l’Ita­lie va de­voir re­tour­ner aux urnes et le lea­der de la ligue (ex­trême droite), dé­non­çant « les pres­sions de Bruxelles et de Berlin », es­père bien en pro­fi­ter pour conqué­rir cette fois seul le pou­voir, voire dans une al­liance re­cons­ti­tuée avec la droite de Ber­lus­co­ni. L’hy­po­thèse n’a rien d’im­pro­bable et les par­te­naires de l’Ita­lie re­doutent les ef­fets d’une crise avec la troi­sième éco­no­mie de la zone eu­ro. Dans ce cli­mat, les ef­forts dé­ployés à Pa­ris pour es­sayer de sta­bi­li­ser la Ly­bie, tâche ô com­bien dé­li­cate et in­cer­taine, viennent rap­pe­ler qu’on ne re­lè­ve­ra pas le dé­fi de l’immigratio­n in­con­trô­lée sans trai­ter le pro­blème à sa source ; mais dans l’im­mé­diat, croi­sons les doigts pour que les Ita­liens n’es­pèrent pas le ré­soudre en ajou­tant une ca­tas­trophe éco­no­mique et fi­nan­cière à une gra­vis­sime crise po­li­tique. Par­fois, l’eu­ro fait ré­flé­chir…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.