UN ESCRIMEUR SUR LE TOIT DU MONDE Luid­gi Mi­del­ton, 19 ans, cham­pion du Monde d’épée

ES­CRIME Luid­gi Mi­del­ton, 19 ans, li­cen­cié de l’Aca­dé­mie Beau­vai­sienne d’Es­crime, a rem­por­té le titre de cham­pion du monde d’es­crime en épée, ca­té­go­rie ju­nior.

L'Observateur de Beauvais - - SPORTS -

9 ans et dé­jà cham­pion du Monde ! Ça s’est pas­sé à Vé­rone, en Ita­lie, le 1er avril der­nier. L’épéiste beau­vai­sien a été sa­cré cham­pion du Monde ju­nior d’es­crime à l’épée, après avoir bat­tu son ad­ver­saire en mort su­bite. Un match ser­ré donc, mais à l’is­sue du­quel ce jeune ha­bi­tant de Reims sort grand vain­queur. Une ré­com­pense pour lui, qui se couple à une re­mise de la mé­daille d’hon­neur du dé­par­te­ment de l’Oise et de la Ville de Beau­vais, le jeu­di 24 mai 2018.

UN OB­JEC­TIF : LES JEUX OLYM­PIQUES

Même s’il n’en est pas à son coup d’es­sai, ayant no­tam­ment dé­jà ob­te­nu la mé­daille de bronze aux cham­pion­nats d’Eu­rope, il était très ho­no­ré par ce sacre mon­dial. « Je suis su­per heu­reux d’avoir ce titre, sa­vou­rait le cham­pion lo­cal, c’est mon pre­mier grand titre in­ter­na­tio­nal » . Il ne compte pas s’ar­rê­ter là. Le jeune escrimeur beau­vai­sien dé­borde d’am­bi­tion et veut monter en­core plus haut. « Pour moi, ce prix est comme le point de dé­part pour ma car­rière, pré­cise-t-il. De­puis tout pe­tit, je rêve d’al­ler faire les Jeux olym­piques. Ain­si, c’est comme la pre- Luid­gi Mi­del­ton a été mis à l’hon­neur par la Conseil dé­par­te­men­tal de l’Oise pour son titre de cham­pion du Monde d’es­crime en épée. mière pierre de mon édi­fice qui me mè­ne­ra tout droit à ces JO ». De tous les sports qui existent, aus­si com­muns soient-ils, comme le foot, le ten­nis ou en­core le basket, c’est l’épée qui a réus­si à séduire le jeune beau­vai­sien. Il y a une ex­pli­ca­tion à ce choix. « Quand j’étais pe­tit, j’ai es­sayé plu­sieurs sports, re­late-t-il, j’ai fait du foot, de la na­ta­tion, et puis un jour, parce que je suis très cu­rieux, je me suis es­sayé à l’es­crime, to­ta­le­ment par ha­sard, et j’ai ai­mé » . La cu­rio­si­té n’est donc pas tou­jours un vi­lain dé­faut... Luid­gi Mi­del­ton est conscient qu’il pra­tique un sport amateur. Il ne pour­ra pas en vivre et doit donc pré­pa­rer un plan de car­rière à cô­té de ce­la.

« JE M’EN­TRAέNAIS 16 HEURES PAR SE­MAINE »

Ain­si, il doit conti­nuer à étu­dier pour s’as­su­rer un ave­nir pro­fes­sion­nel. « J’ar­rive à concilier les deux, parce que du fait que je sois un spor­tif de haut ni­veau, mon sta­tut me per­met d’avoir des amé­na­ge­ments au ni­veau sco­laire. Mes ho­raires sont alors amé­na­gés en fonc­tion de mes en­traî­ne­ments et de mes com­pé­ti­tions. Et même quand ce­la n’est pas pos­sible, les profs sont en gé­né­ral com­pré­hen­sifs et m’en­voient les cours avant » , ras­sure le spor­tif beau­vai­sien, li­cen­cié à l’Aca­dé­mie beau­vai­sienne d’es­crime. Pour dé­cro­cher ce titre de cham­pion du monde, il s’est beau­coup en­traî­né : « en­vi­ron 16 heures par se­maine au pôle France de Reims » . Pour la suite, Luid­gi Mi­del­ton va pas­ser en ca­té­go­rie sé­nior, ce qui lui don­ne­ra ac­cès aux concours eu­ro­péens, puis mon­diaux, et en­fin peut être (on l’es­père), aux Jeux olym­piques…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.