RAS-LE-BOL DE PAS­CAL MAILLARD « La sixième at­taque en six mois »

GRANDVILLI­ERS Les sta­tions de car­bu­rant des In­ter­mar­ché de Mar­seille-en-Beauvaisis et Grandvilli­ers ont été la cible de mal­fai­teurs à six re­prises. Pas­cal Maillard est en co­lère.

L'Observateur de Beauvais - - FAITS DIVERS / TRIBUNAL - Mat­thias Sch­weis­guth

La sta­tion-ser­vice de l’In­ter­mar­ché de Grandvilli­ers avait été vic­time de dé­gra­da­tions très im­por­tantes le 18 mai der­nier (notre édi­tion du 23 mai). Toutes les ma­chines re­ce­vant de l’ar­gent li­quide avaient été for­cées et dé­gra­dées: as­pi­ra­teur, sta­tion de la­vage pour voi­ture, la­ve­rie au­to­ma­tique. Le bu­tin est dé­ri­soire mais les dé­gâts s’élèvent à 25000 eu­ros pour Pas­cal Maillard, pro­prié­taire des In­ter­mar­ché de Grandvilli­ers et Mar­seille. La se­maine der­nière, dans la nuit du 31 mai au 1er, juin, c’est la caisse pour l’achat de car­bu­rant avec du li­quide qui était at­ta­quée. « Ça s’est pas­sé à 3h45. Ça a du­ré neuf mi­nutes. Ils ont fait ça à la masse et au pied de biche », ra­conte Pas­cal Maillard. « Tout ça pour rien puis­qu’il n’y avait rien. On vide les caisses tous les jours. Par contre, il y en a pour 10000 eu­ros de dé­gâts. » Sur les cap­tures d’écran d’une des ca­mé­ras de sur­veillance, on voit deux in­di­vi­dus ca­gou­lés. Ils cir­culent à bord d’une Re­nault La­gu­na Cou­pé grise. Ven­dre­di ma­tin, Pas­cal Maillard

« ON SE LÈVE TOUS LES JOURS À 5 HEURES POUR ÇA. J’AI DES RAI­SONS D’ÊTRE EN CO­LÈRE »

est écoeu­ré. « Entre les vols à l’éta­lage et les vols aux sta­tions de Grandvilli­ers et Mar­seille, ça suf­fit. C’est le sixième fait en six mois sur les deux sta­tions. Les vols à l’éta­lage, je n’en parle même pas. Il y a le manque à ga­gner, le temps per­du, les as­su­rances qui com­mencent à en avoir as­sez. » En­core sous le coup de l’émo­tion, ce ven­dre­di ma­tin, il s’em­porte. « Il n’y a plus de ci­visme. Peut-être que des gens ont vu quelque chose mais n’ont pas pré­ve­nu? Après il ne faut pas s’éton­ner que cer­tains se dé­fendent eux-mêmes » , dit-il en pen­sant au pro­cès du bijoutier ni­çois Sté­phane Turk. Le 11 sep- En une et ci-des­sus, cap­tures d’écran le 1er juin. Ci-contre, la borne de paie­ment car­bu­rants dé­truite. tembre 2013, ce com­mer­çant avait tué un mal­fai­teur qui avait at­ta­qué sa bou­tique. Pas­cal Maillard lance un ap­pel aux forces de l’ordre et leur de­mande d’agir. « Il faut pu­nir. Il faut sé­vir. On ne sait ja­mais ce qu’il ad­vient des en­quêtes, on n’a pas de nou­velles. On se lève tous les jours à 5 heures du ma­tin pour voir ça. J’ai des rai­sons d’être en co­lère. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.