L’AS AU­NEUIL FÊTE SES 75 ANS Oli­vier Cof­flard, Mon­sieur “ac­ces­sions”

AU­NEUIL Deuxième épi­sode de notre sé­rie sur les 75 ans de l’AS Au­neuil (le 30 juin), avec Oli­vier Cof­flard, qui a connu plu­sieurs ac­ces­sions, en tant que joueur, puis en tant qu’en­traî­neur.

L'Observateur de Beauvais - - AUNEUIL - Jof­frey Meu­nier

S’il a quit­té le club en 2012, Oli­vier Cof­flard, 44 ans, a lais­sé une trace in­dé­lé­bile à l’AS Au­neuil. Tan­tôt joueur, tan­tôt en­traî­neur, le na­tif d’Au­neuil a l’un des plus beaux pal­ma­rès de l’his­toire du club. Son par­cours avec l’AS Au­neuil a com­men­cé à l’âge de 5 ans. Jeune foot­bal­leur ta­len­tueux, il a en­suite ten­té sa chance au COB pour évo­luer à un ni­veau plus en phase avec ses am­bi­tions, puis à l’ASPTT, mais son amour pour le maillot au­neuillois a tou­jours été plus fort. « Tout joueur na­tif d’Au­neuil qui part re­vient un jour » , ré­sume l’an­cien mi­lieu de ter­rain. Après la fi­nale perdue en Coupe Ob­jois en 1997, les di­ri­geants d’Au­neuil de l’époque ont ren­for­cé l’ef­fec­tif l’été sui­vant pour ne pas ra­ter la marche la sai­son sui­vante. Oli­vier Cof­flard fai­sait par­tie de cette cam­pagne de re­cru­te­ment. Dans le coeur du jeu au­neuillois, le mi­lieu re­layeur, « joueur en­ga­gé » , avait par­ti­ci­pé à l’épo­pée 9798, avec la vic­toire en Coupe Ob­jois et la mon­tée en In­ter­dis­trict. Et puis il y a ce match à Chantilly quelques mois plus tard, et cette grave bles­sure qui l’éloigne des ter­rains. Le diag­nos­tic tombe : double fracture du pé­ro­né et mal­léole fis­su­rée. Le joueur ac­cuse le coup mais re­bon­dit. Il suc­cède à Pas­cal Fré­val à la tête de l’équipe (U15) mi­nimes (Pas­cal Fré­val sou­hai­tant se fo­ca­li­ser à 100% sur l’équipe pre­mière se­niors, dont il était aus­si l’en­traî­neur, ndlr). Sous ses ordres, le groupe ter­mine cham­pion de 3e di­vi­sion (2004-2005). Puis, Oli­vier Cof­flard choi­sit de suivre ses joueurs, dé­sor­mais ca­dets (U18). Son groupe ac­cède deux an­nées de suite à l’étage su­pé­rieur, ter­mi­nant à la 1ère place du cham­pion­nat de 2e di­vi­sion (2006-2007) et de pro­mo­tion de 1ère di­vi­sion (20072008). Cette même an­née 2008 marque l’un des grands ex­ploits de l’his­toire du club, avec cette vic­toire contre Sen­lis, « lea­der en DH », en quart de fi­nale de Coupe de l’Oise. L’aven­ture pren­dra fin en de­mi-fi­nale contre l’ASBO. Son par­cours lui ouvre na­tu­rel­le­ment les portes de l’équipe pre­mière se­niors, dont il de­vient l’en­traî­neur à l’aube de la sai­son 2008-2009. « Grâce à mon ré­seau dans le football et à mon car­net d’adresse, j’ai pu faire ve­nir 13 nou­veaux joueurs au club pour réus­sir à créer une équipe B » , se sou­vient-il. Cette équipe ré­serve connaî­tra deux mon­tées suc­ces­sives. Oli­vier Cof­flard quitte l’AS Au­neuil en mars 2012 pour rai­sons pro­fes­sion­nelles et confie les clés de l’équipe à son ad­joint Mi­ckaël Mer­cier, qui em­mè­ne­ra le groupe à l’étage su­pé­rieur en fin de sai­son. Do­mi­ci­lié à Sen­lis, Oli­vier Cof­flard n’a plus de res­pon­sa­bi­li­tés dans un club, peu en phase avec les men­ta­li­tés ac­tuelles dans le mi­lieu du foot. Quant à un re­tour un jour à Au­neuil ? « J’ai fait mes an­nées, pré­cise-t-il, ce se­rait dif­fi­cile de faire mieux » . Mal­gré tout, il garde un oeil sur le club, sym­bo­li­sé par « une in­sta­bi­li­té », sur le plan des édu­ca­teurs no­tam­ment. Mais il se ré­jouit de l’ar­ri­vée de Guillaume Noël à la tête de l’équipe fa­nion, qu’il a connu en tant que joueur. C’est lui qui l’avait re­cru­té lors­qu’il était de­ve­nu en­traî­neur des se­niors…

L’en­traî­neur Oli­vier Cof­flard (en haut, à droite), ici lors de la sai­son 2007/2008, se sou­vient de l’équipe di­ri­geante com­po­sée de M. Mer­cier, D. De­lar­gil­lière, et P. Pi­han.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.