L’EN­TRE­PRISE « CLC » VOIT GRAND Un show-room de 1000 m2 et les ef­fec­tifs dou­blés

RANTIGNY En août, la conces­sion de cam­ping-car et ca­ra­vane, ac­tuel­le­ment à Er­que­ry, dé­mé­na­ge­ra près de la Dé­par­te­men­tale 1016. Ser­vices et va­rié­té des gammes se­ront les points forts.

L'Observateur de Beauvais - - MÉTÉO - C.S.

Une ma­chine de guerre » : c’est ain­si que Do­mi­nique Cla­vel, le res­pon­sable de la conces­sion « CLC » d’Er­que­ry (ex-Wat­tel­lier) dé­crit les lo­caux qui fi­nissent de se construire à Rantigny, près de la dé­par­te­men­tale 1016. Du­rant la deuxième quin­zaine du mois d’août, des dé­mé­na­geurs vont or­ga­ni­ser une trans­hu­mance des vé­hi­cules et du ma­té­riel des 25 sa­la­riés vers la nou­velle conces­sion aux cou­leurs grises et rouges.

POUR­QUOI QUIT­TER ER­QUE­RY ?

Quand la conces­sion his­to­rique de Wat­tel­lier, à Er­que­ry, a été ven­due à l’en­tre­prise CLC, seul le bail com­mer­cial a été cé­dé. L’en­tre­prise était lo­ca­taire des murs. « Dès 2013, nous sa­vions que, plu­tôt de ra­jeu­nir des lo­caux de­ve­nus étroits, il fal­lait cher­cher un autre ter­rain », ra­conte Do­mi­nique Cla­vel. L’en­tre­prise sou­haite alors une lo­ca­li­sa­tion ré­pon­dant à deux ob­jec­tifs : une bonne vi­si­bi­li­té et la pos­si­bi­li­té de créer une spa­cieuse conces­sion per­met­tant aux sa­la­riés de tra­vailler en toute sé­cu­ri­té et d’ac­cueillir au mieux les clients. CLC dé­mé­na­ge­ra donc sur un ter­rain de plus de trois hec­tares, sur le­quel se­ront ins­tal­lés deux bâ­ti­ments. Cô­té « On va en­core ga­gner en qua­li­té et en fia­bi­li­té », es­time Do­mi­nique Cla­vel. A Er­que­ry, l’en­tre­prise ven­dait 320 cam­pings-cars par an, et une cen­taine de ca­ra­vanes. tech­nique, une ca­bine de pein­ture poids lourd et une sta­tion de la­vage poids lourd se­ront créées. Pour les ré­pa­ra­tions, 21 em­pla­ce­ments d’ate­liers se­ront opé­ra­tion­nels. Quatre ponts - dont deux pour les poids lourds - sont en cours de construc­tion. Ré­pa­ra­tion des mo­teurs, ser­vice après-vente, mon­tage des ac­ces­soires : tout se­ra réuni, un peu comme un gui­chet unique. Grâce au ma­té­riel plus poin­tu et à l’es­pace dé­cu­plé, l’en­tre­prise sou­haite pro­po­ser des in­ter­ven­tions en ate­liers plus ra­pides. Tout en veillant à amé­lio­rer la sé­cu­ri­té des sa­la­riés. « Chaque tech­ni­cien pos­sè­de­ra une ligne de vie, un peu comme un al­pi­niste. Le ma­tin, il s’as­su­re­ra pour tra­vailler en toute sé­cu­ri­té. Ce n’est pas simple d’al­ler vé­ri­fier les toits d’un cam­ping-car, qui sont des vé­hi­cules hauts. Avec tout ce­la, on va en­core ga­gner en qua­li­té et en fia­bi­li­té », es­time Do­mi­nique Cla­vel.

« UNE LIGNE DE VIE POUR LES SA­LA­RIÉS »

Et le res­pon­sable le mar­tèle : la nou­velle conces­sion va per­mettre de mettre le client au coeur du dis­po­si­tif. « Nous sommes d’abord un éta­blis­se­ment de ser­vice ». Le ma­ga­sin d’ac­ces­soires, a lui seul, se­ra ins­tal­lé sur une su­per­fi­cie de 500 m2. Un show-room de 1000 m2 se­ra créé. Pour ré­pondre au mieux aux be­soins de ses clients, CLC sou­haite ex­po­ser une gamme de vé­hi­cules plus com­plète. « Il faut que les per­sonnes qui viennent avec une idée par­ti­cu­lière puisse trou­ver sa­tis­fac­tion », note Do­mi­nique Cla­vel. Car la clien­tèle se ra­jeu­nit. Si les re­trai­tés ac­tifs sont tou­jours sé­duits, de plus en plus de pri­mo-ac­cé­dants sont des couples d’une qua­ran­taine d’an­nées, pa­rents d’en­fants en bas-âge.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.