L’AS AU­NEUIL FÊTE SES 75 ANS Patrice et “Zi­zou”, des­tins croisés de deux pas­sion­nés

AU­NEUIL

L'Observateur de Beauvais - - NOAILLES -

Troi­sième épi­sode de notre sé­rie sur les 75 ans de l’AS Au­neuil, cé­lé­brés le 30 juin. Cette se­maine, ren­contre avec Patrice Ré­mia et Do­mi­nique Marcq, joueurs dans les an­nées 60 et 70, puis pré­si­dents... e foot­ball des an­nées 70, c’était ce­lui de Cruyff, de Be­cken­bauer… mais c’était aus­si ce­lui de Patrice Ré­mia et Do­mi­nique Marcq. A deux se­maines de la soi­rée an­ni­ver­saire des 75 ans du club, les deux an­ciens co­équi­piers se sont re­trou­vés au club house de l’AS Au­neuil, ce mar­di, pour re­vivre leurs grands mo­ments sous les cou­leurs vertes et blanches. S’ils n’ont plus de res­pon­sa­bi­li­tés au club de­puis vingt ans, c’est comme s’ils n’étaient ja­mais par­tis… Do­mi­nique Marcq, 65 ans, est ar­ri­vé à l’AS Au­neuil en mi­nimes. « Je me sou­viens de nos dé­pla­ce­ments lors­qu’on était tous en­tas­sés dans un pe­tit four­gon, plai­sante-t-il, il n’y avait pas toutes les règles de sécurité sur la route à l’époque » . De son adolescenc­e, il se rap­pelle aus­si que les matchs avaient tou­jours lieu, « peu im­porte le temps ». Un peu plus tard, il a ren­con­tré son ami Patrice, qui a re­joint le club à 18 ans. Là, la re­crue a dé­cou­vert la grande ri­va­li­té entre Au­neuil, Ons-en-Bray et Saint-Ger­mer. « C’était les deux équipes à battre », ré­sume Patrice Ré­mia, 68 ans, qui se sou­vient des tour­nois de Pâques à Ons-en-Bray où les trois équipes se dis­pu­taient « la su­pré­ma­tie lo­cale ». La fier­té était exa­cer­bée puisque, à l’image d’Au­neuill, les for­ma­tions étaient da­van­tage com­po­sées de joueurs do­mi­ci­liés dans la com­mune de leur club. Rem­por­ter ce tournoi, « c’était un peu comme ga­gner la Coupe de France » , sou­rit Do­mi­nique Marcq. Un jour de vic­toire,

LPa­trice Ré­mia et Do­mi­nique Marcq tra­vaillaient aux “Platres La­farge” à Au­neuil. Patrice était le chef de “Zi­zou”. L’en­tre­prise lo­cale avait contri­bué au re­cru­te­ment de plu­sieurs joueurs à Au­neuil en leur pro­po­sant des contrats tem­po­raires. « J’ai réus­si à don­ner du bou­lot à des joueurs » , se sou­vient l’an­cien res­pon­sable. « on était re­ve­nu à Au­neuil en klaxon­nant, on avait croi­sé les gen­darmes, dé­taille Patrice Ré­mia, ils ont ar­rê­té la cir­cu­la­tion, sur la route Beau­vais-Gi­sors, pour lais­ser pas­ser notre cor­tège » . Un autre siècle. cette époque, le joueur a 23 ans a dé­jà évo­lué en 2e di­vi­sion fran­çaise. Le foot­bal­leur pro­fes­sion­nel n’avait pas for­cé­ment l’hy­giène de vie né­ces­saire pour per­cer au haut ni­veau, mais il sem­blait in­tou­chable pour Au­neuil. C’était sans comp­ter sur un cer­tain « Marc Kel­ler, qui lui a mon­tré les ins­tal­la­tions de nuit, pour ne pas que François Bau­gez voit l’état du ter­rain » . Avec Bau­gez, « on a com­men­cé à par­ler d’Au­neuil sur le plan spor­tif » , se sou­vient Patrice Ré­mia. Le club avait at­teint le cham­pion­nat In­ter­dis­trict pour la pre­mière fois, avant d’y re­goû­ter à la fin des an­nées 90. Patrice Ré­mia et Do­mi­nique Marcq avaient d’ailleurs joué un rôle cru­cial dans la pré­pa­ra­tion des suc­cès de cette époque (Coupe Ob­jois, In­ter­dis­tricts) puis­qu’ils avaient, cha­cun leur tour, en­dos­sé le cos­tume Do­mi­nique Marcq, dit “Zi­zou”, et Patrice Ré­mia sont prêts à en­fi­ler les maillots du club pour les 75 ans de l’AS Au­neuil. de pré­sident. En re­trait du club en­suite, les deux amis re­viennent par­fois voir jouer leurs suc­ces­seurs au­jourd’hui. Et leur pré­sence ne passe ja­mais in­aper­çue.

Les tour­nois avec Ons-enB­ray, Saint-Ger­mer et Au­neuil : une his­toire de « su­pré­ma­tie lo­cale »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.