FI­NALE DE LA COUPE DU MONDE

Une sé­rie d’in­ci­dents vient per­tur­ber la fête !

L'Observateur de Beauvais - - FAITS DIVERS -

La joie col­lec­tive suite au sacre des cham­pions du monde n’a pas été par­ta­gée par tous : dans le centre-ville plu­sieurs in­ci­dents ont été à dé­plo­rer. L’oeuvre de quelques troubles fêtes.

Di­manche 15 juin, quelques mi­nutes après 19 h, alors que sur la place Jean­neHa­chette, la foule est en liesse (voir p.1011-12-13) et que plu­sieurs di­zaines de mil­liers de per­sonnes cé­lèbrent la vic­toire des Bleus dans la joie et la bonne hu­meur... d’autres ne peuvent s’em­pê­cher de ve­nir jouer les troubles-fêtes. Des ha­bi­tants nous ont rap­por­tés plu­sieurs in­ci­dents qui ont lieu en soi­rée dans le centre-ville.

VOI­TURES DÉGRADÉES

Dans la rue de l’Ab­bé-Pierre, au ni­veau du su­per­mar­ché Match, une bande d’en­vi­ron huit ou neuf in­di­vi­dus dont cer­tains ca­gou­lés au­raient pro­fi­té de la fête pour dé­gra­der des vé­hi­cules. Ce groupe au­rait ain­si dé­truit à coup de ma­traque le pare-brise d’une voi­ture qui était ar­rê­tée au feu dans le des­cente de la rue d’Amiens.

HA­BI­TANTS APEURÉS

Le couple qui était dans la voi­ture au mo­ment des faits au­rait été très cho­qué. Les dé­lin­quants au­raient éga­le­ment ten­té d’at­tra­per les dra­peaux ten­dus par les pas­sa­gers des vé­hi­cules pas­sant dans la rue. Une mère de fa­mille cir­cu­lant à proxi­mi­té ex­plique avoir eu « très peur » et que ses en­fants ont été cho­qués par cette scène. Elle pré­tend que « cinq ou six po­li­ciers » étaient pré­sents mais qu’ « ils ne sa­vaient plus où don­ner de la tête » face à ce qu’elle dé­crit comme « un dé­bor­de­ment ». Mal­gré ces té­moi­gnages, la po­lice n’a re­çu au­cune plainte à ce su­jet.

DES JETS DE CAILLOUX SUR LES FORCES DE L’ORDRE

Au car­re­four d’Amiens, à proxi­mi­té du ly­cée Fé­lix-Faure, des po­li­ciers ont été caillas­sés, les forces de l’ordre ont dû faire usage de gre­nades la­cry­mo­gènes pour cal­mer la si­tua­tion. Plu­sieurs per­sonnes ont été in­ter­pel­lées suite à ces faits et deux gardes à vues ont eu lieu. Le com­mis­sa­riat de Beau­vais ex­plique que ses agents ont éga­le­ment été vic­times d’autres jets de cailloux dans la soi­rée mais que ceux-ci ont été faits « de loin » et que les per­tur­ba­teurs ont été ra­pi­de­ment re­pous­sés.

UN PIÉ­TON FAU­CHÉ

Au ni­veau de la rue d’Amiens, un homme a été in­ter­pel­lé après avoir fau­ché un pié­ton, qui a été lé­gè­re­ment bles­sé.

EN PLEINE FÊTE, IL CHUTE DU TOIT D’UNE VOI­TURE

Bien que n’ayant pas les mau­vaises in­ten­tions et la vé­hé­mence des dé­lin­quants pré­cé­dem­ment ci­tés, un homme a, mal­gré lui, ter­ni la fête pen­dant quelques ins­tants. La scène se passe au ni­veau du centre com­mer­cial du Jeu de Paume, dans l’ivresse de la fête, l’in­di­vi­du dé­cide de mon­ter sur le ca­pot puis le toit d’une voi­ture. Comme des cen­taines d’autres l’ont fait par­tout en France. Manque de chance pour lui, il perd l’équi­libre et chute. Heu­reu­se­ment, plus de peur que de mal, il s’en sort avec un lé­ger trau­ma­tisme crâ­nien.

PLUS « CALME » QU’APRES LA FI­NALE DE 2016

Mal­gré ses quelques ac­crocs, cette soi­rée a été ju­gée comme re­la­ti­ve­ment « calme » par le com­mis­sa­riat de Beau­vais, no­tam­ment com­pa­ra­ti­ve­ment à l’Eu­ro 2016. Pour rap­pel à l’époque, après la dé­faite de la France face au Por­tu­gal, un groupe d’une tren­taine de jeunes avaient vou­lu en dé­coudre avec la po­lice. Il avait fal­lu at­tendre 1h30 du ma­tin, l’usage de gaz la­cry­mo­gène et de balles de dé­fenses par les forces de l’ordre pour que la si­tua­tion se calme. Au­jourd’hui, les ser­vices de po­lice se fé­li­citent d’avoir agi en par­te­na­riat avec la mu­ni­ci­pa­li­té pour pré­ve­nir et li­mi­ter les risques, no­tam­ment via la sé­cu­ri­sa­tion de la fan­zone, un ren­fort de trente gen­darmes et en « fer­mant à la cir­cu­la­tion les rues qui mènent à la place Jeanne-Ha­chette ».

D’AUTRES IN­CI­DENTS DANS LE DEPARTEMEN­T...

Dans l’Oise, en de­hors du dé­cès d’un sup­por­ter à Saint-Fé­lix dans un tra­gique ac­ci­dent au­to­mo­bile (voir p.5), les ser­vices de se­cours ont été ap­pe­lés à in­ter­ve­nir à vingt-sept re­prises dans la soi­rée, ma­jo­ri­tai­re­ment pour des éva­nouis­se­ments. Les po­li­ciers et les gen­darmes ont pro­cé­dé, de leur cô­té, à près d’une quin­zaine d’in­ter­pel­la­tions pour des al­ter­ca­tions, des dé­gra­da­tions et des com­por­te­ments dan­ge­reux ou hos­tiles en­vers les forces de l’ordre.

Dans l’Oise, les ser­vices de se­cours sont in­ter­ve­nus à 27 re­prises dans la soi­rée

19 FEUX DE VÉ­HI­CULES

La soi­rée a mal­heu­reu­se­ment éga­le­ment été l’oc­ca­sion de voir dix­neuf vé­hi­cules par­tir en fu­mée.

La pré­sence des dif­fé­rents corps des forces de l’ordre a per­mis de main­te­nir la sé­cu­ri­té lors de cette grande soi­rée de com­mu­nion na­tio­nale.Seuls quelques in­ci­dents ont été à dé­plo­rer.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.