Des sta­tions-ser­vices pi­ra­tées par des ha­ckers

CREVECOEUR-LE-GRAND/CAUFFRY Les vols de car­bu­rant dans les sta­tions ser­vices se mul­ti­plient. Après avoir pi­ra­té le sys­tème in­for­ma­tique, les vo­leurs peuvent em­por­ter jus­qu’à 3 000 litres.

L'Observateur de Beauvais - - LA UNE - Pa­tri­cia Haute-Pot­tier

Al’heure où le prix du car­bu­rant monte en flèche, cer­tains dé­lin­quants ont trou­vé le fi­lon : pi­ra­ter des pompes de sta­tion es­sence. Le phé­no­mène n’est pas nou­veau mais il com­mence à s’étendre sur l’hexa­gone et il est ar­ri­vé dans le dé­par­te­ment de l’Oise l’an­née der­nière.

UN AP­PA­REIL PLACE LA POMPE EN « MAIN­TE­NANCE » ET LES VO­LEURS N’ONT PLUS QU’À SE SER­VIR

Mu­nis d’un ap­pa­reil qui per­met de po­si­tion­ner la pompe sur le mode « main­te­nance », les pi­rates choi­sissent la nuit pour rem­plir gra­tui­te­ment leurs cuves et jer­ri­cans et re­par­tir tran­quille­ment, ni vu ni connu. L’es­cro­que­rie est bien ro­dée et les vo­leurs fonc­tionnent en équipe. Il y a une phase de re­pé­rage, puis une phase de test avant de mettre en place l’opé­ra­tion. Le jour J, deux vé­hi­cules se pré­sentent à la pompe. Dans le pre­mier, le conduc­teur pos­sède l’ap­pa­reil dé­con­nec­tant le sys­tème in­for­ma­tique de la pompe ; dans le se­cond, un four­gon, le chauf­feur est char­gé de rem­plir les cuves et jer­ri­cans en­tre­po­sés à son bord. C’est ce sys­tème opé­ra­toire que les gen­darmes ont sur­pris lors de l’une de leurs pa­trouilles à Crè­ve­coeur-le-Grand le 22 oc­tobre. Ils ont ain­si pu in­ter­pel­ler en fla­grant dé­lit Clyde En­ka­ri, 22 ans, en train de rem­plir ses jer­ri­cans à la sta­tion ser­vice du ma­ga­sin Le­clerc. Il était pré­sen­té de­vant les juges en com­pa­ru­tion im­mé­diate le 24 oc­tobre der­nier.

LES GEN­DARMES PRENNENT LE VO­LEUR EN FLA­GRANT DÉ­LIT AU LE­CLERC DE CRÈ­VE­COEUR

La pro­cu­reure Jus­tine Gay re­trace l’opé­ra­tion à par­tir des ca­mé­ras de sur­veillance de la sta­tion ser­vice et des dé­cla­ra­tions du pré­ve­nu : « Un com­plice ar­rive en Clio. Il mène un four­gon Mer­cedes Sprin­ter conduit par Clyde En­ka­ri jus­qu’à la sta­tion ser­vice. Le com­plice désac­tive par té­lé­com­mande la pompe à es­sence et s’en va. Dans le four­gon, Clyde En­ka­ri a rem­pli une cuve de 950 litres de car­bu­rant et des bi­dons de 20 litres. » Au to­tal, il avait dé­jà dé­tour­né 1 075 litres de car­bu­rant avant de se faire in­ter­pel­ler par les gen­darmes.

MÊME MODE OPÉ­RA­TOIRE AU LE­CLERC DE CAUFFRY

Au cours de leur en­quête, ces der­niers ont trou­vé, entre juillet 2017 et oc­tobre 2018, quatre vols de car­bu­rant au mode opé­ra­toire si­mi­laire et un autre dans l’Eure. Par­mi ses af­faires fi­gurent en bonne place la sta­tion ser­vice du Le­clerc de Cauffry que la pro­cu­reure met en lu­mière avec pré­ci­sion. « Le 14 mai 2018, un test a été ef­fec­tué avec la té­lé­com­mande par un in­di­vi­du à bord d’une Clio. Le len­de­main, la même Clio re­vient avec un four­gon Mer­cedes Sprin­ter qui fait le plein et rem­plit une cuve. Le sur­len­de­main, ils vo­le­ront 3 000 litres de ga­soil et d’es­sence. » Clyde En­ka­ri ne peut être ac­cu­sé de ce vol puis­qu’à cette date, il était en pri­son. Mal­gré des ex­pli­ca­tions et ver­sions chan­geantes, le jeune homme a néan­moins re­con­nu avoir par­ti­ci­pé à trois de ces pi­ra­tages comme chauf­feur, ce qui, pour la pro­cu­reure, « té­moigne de son im­pli­ca­tion pro­fonde dans la dé­lin­quance ». Il obéis­sait à des ordres en échange de quelques cen­taines d’eu­ros. Dé­jà condam­né à huit re­prises pour, entre autre, des tra­fics de stu­pé­fiants, Clyde En­ka­ri n’était sor­ti de pri­son que de­puis trois mois « et il se re­trouve im­pli­qué dans des vols d’en­ver­gure », sou­ligne la pro­cu­reure qui sus­pecte une dette de stu­pé­fiants pour ex­pli­quer ces vols. « Et sa dette s’est alour­die avec la confis­ca­tion du four­gon qu’il condui­sait », constate-t-elle. Elle re­quiert neuf mois de pri­son, la ré­vo­ca­tion d’un sur­sis de deux mois et 1 500 € d’amende. L’avo­cate de la dé­fense, Me Ris­bourg, s’élève contre ces ré­qui­si­tions : « On a l’im­pres­sion qu’on a af­faire au chef de cette es­cro­que­rie so­phis­ti­quée ! Il n’est pas à l’ini­tia­tive du pi­ra­tage de la sta­tion ser­vice, c’est un exé­cu­tant. » Elle dé­peint un jeune homme qui a ac­cep­té une « mis­sion » car il avait be­soin d’ar­gent tout sim­ple­ment. « Se faire un pe­tit billet de 200 € sur un mo­ment T, c’est ten­tant ! », dé­cla­ret-elle avant de plai­der le bra­ce­let élec­tro­nique comme peine et « sur­tout pas le man­dat de dé­pôt à l’au­dience » car il a un pro­jet pro­fes­sion­nel, une amie en­ceinte et il est dé­jà sui­vi par le juge d’ap­pli­ca­tion des peines dans le cadre d’une autre condam­na­tion. Le tri­bu­nal ne se­ra pas convain­cu par ces ar­gu­ments. Il a pro­non­cé une peine de sept mois de pri­son ferme, la ré­vo­ca­tion du sur­sis de deux mois et le main­tien en dé­ten­tion. Clyde En­ka­ri est donc re­par­ti sous les ver­rous pour une bonne pé­riode.

« Dans le four­gon, il y avait une cuve rem­plie de 950 litres de car­bu­rant et des bi­dons de 20 litres. »

Le 22 oc­tobre, les gen­darmes ont pris en fla­grant dé­lit un homme rem­plis­sant de car­bu­rant une cuve et des bi­dons à la sta­tion Le­clerc de Crè­ve­coeur.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.