STARS DES AN­NÉES 80 «Je suis très éton­née de vivre un tel en­goue­ment»

BEAUVAIS Sa­me­di, vous de­vriez être très nom­breux à as­sis­ter au concert des stars des an­nées 1980. Ch­ris­tiane Oby­dol du groupe Zouc Ma­chine re­vient sur ce suc­cès, no­tam­ment chez les jeunes.

L'Observateur de Beauvais - - SORTIR -

Sa­me­di soir à Elis­pace, la troupe des « An­nées 80 la tour­née » se­ra sur la scène beau­vai­sienne. Par­mi la di­zaine d’ar­tistes mu­si­ciens et cho­ristes, Ch­ris­tiane Oby­dol du groupe Zouc Ma­chine chan­te­ra « Mal­don ». In­ter­view.

De­main vous se­rez à Beauvais, êtes-vous im­pa­tiente de re­trou­ver vos amis sur scène ? Ch­ris­tiane Oby­dol :

Oui oui j’avoue que je suis im­pa­tiente car ils avaient com­men­cé sans moi et fran­che­ment ils me manquent. Ça se passe tel­le­ment bien dans la troupe, et sur­tout il y a une bonne am­biance au­tant avec les ar­tistes qu’avec la tech­nique et ça c’est pas sou­vent…

Lors de la tour­née, sen­tez-vous une to­tale com­pli­ci­té du pu­blic ?

Oui je suis même très éton­née de vivre ce­la. Avant j’ai eu l’oc­ca­sion de faire la tour­née top 50 qui était un peu comme celle là, et j’ai été très sur­prise de voir, une autre gé­né­ra­tion de jeunes qui chan­taient les chan­sons des an­nées 80. Ce sont des gosses de 8 à 12 ans qui connais­saient nos titres par coeur. J’ai été scot­chée de les voir chan­ter comme ça. En fait ce sont leurs pa­rents qui conti­nuent à nous écou­ter et leurs en­fants gran­dissent avec. Ch­ris­tiane Oby­dol chan­te­ra les tubes de Zouc Ma­chine, sa­me­di, sur la scène de l’Elis­pace.

Vous al­lez chan­ter vos suc­cès je sup­pose ?

Oui dans la tour­née, chaque ar­tiste re­prend son titre phare, même plu­sieurs pour cer­tains. Mais on fait aus­si beau­coup de col­lé­giales, de re­prises et de med­ley de chan­sons fran­çaises et amé­ri- caines pour faire plai­sir à tout le monde.

Net­toyer, ba­layer, as­ti­quer, est ce que c’est tou­jours le quo­ti­dien des femmes de notre époque ?

Non je pense que ce­la à quand même chan­gé et c’est tant mieux d’ailleurs. A l’époque où l’on a chan­té cette chan­son c’était notre quo­ti­dien, mais au­jourd’hui les hommes se sont mis à la tache. J’en vois beau­coup d’hommes au foyer ce qui n’exis­tait pas avant.

Que pen­sez-vous du har­cè­le­ment sur les femmes ?

Ça me touche vrai­ment beau­coup. J’avoue que je n’ai pas été confron­tée à ce genre de chose. Dans le mi­lieu ar­tis­tique, ce­la existe en­core mal­heu­reu­se­ment

Pen­sez vous que le Zouc a tou­jours la même place dans l’uni­vers des pro­gram­ma­tions mu­si­cales ?

Non jus­te­ment c’est éton­nant. On est très peu à pas­ser sur les ondes na­tio­nales et pour­tant on est très nom­breux à avoir du ta­lent. Je suis au mi­lieu de tout ce­la. Le sys­tème fran­çais est as­sez fer­mé mu­si­ca­le­ment. De­puis in­ter­net c’est beau­coup plus com­pli­qué, c’est en­core une ques­tion d’argent. Même si le Zouc perd de sa fer­veur en France, il reste très de­man­dé aux Etats Unis au Ca­na­da ou au Ja­pon par exemple.

Pou­vez-vous dire un pe­tit mot aux lec­teurs de l’Ob­ser­va­teur ?

Ve­nez de­main ce­la va être la fête, ça va trans­pi­rer dans la salle et les gens vont être très con­tents du spec­tacle.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.