Il achète un scoot, fait 300 m avec avant de ren­trer dans un bus

L'Observateur de Beauvais - - FAITS DIVERS / TRIBUNAL - Jim­my Hau­te­cloche

Le 3 juillet der­nier, aux alen­tours de 14 h 30, un jeune her­mois de 20 ans achète un scoo­ter à un ami. Le gar­çon n’au­ra pas le temps de rô­der l’en­gin, il ne fe­ra que 300 m avec son nou­veau jouet. En ef­fet, cinq mi­nutes à peine après la tran­sac­tion... alors qu’il n’est plus qu’à 20 m de chez lui, il rentre dans l’ar­rière d’un bus de la so­cié­té Kéo­lis.

UN AC­CI­DENT À SEULE­MENT 20 M DE SON DO­MI­CILE

Après avoir ef­fec­tué un constat à l’amiable avec le conduc­teur du bus, cha­cun re­part de son cô­té, ce­la au­rait pu en res­ter là... Mais l’en­tre­prise de tran­sport en com­mun va dé­po­ser plainte quand elle s’aper­çoit que le jeune homme a mal rem­pli sa par­tie du do­cu­ment. Au cours de l’enquête, les forces de l’ordre dé­couvrent que le gar­çon n’a pas as­su­rance et qu’il n’est pas ti­tu­laire du Bre­vet de Sé­cu­ri­té Rou­tière (BSR). Il lui est éga­le­ment re­pro­ché d’avoir rou­lé à une « vi­tesse ex­ces­sive eu égard aux cir­cons­tances ».

SANS AS­SU­RANCE ET SANS BRE­VET DE SÉ­CU­RI­TÉ ROU­TIÈRE

Ven­dre­di 16 no­vembre, c’est un jeune homme aux che­veux bou­clés et à l’ac­né en­core pré­pon­dé­rante qui se pré­sente à la barre du tri­bu­nal de Beauvais pour ré­pondre de ces faits. Si le pré- ve­nu re­con­naît avoir rou­lé sans BSR, il ex­plique qu’il ne rou­lait pas à plus de 30 km/h. Concer­nant l’as­su­rance, ce­lui­ci ex­plique qu’il pen­sait que son ami était as­su­ré et que si il a ré­pon­du dans un pre­mier temps aux gen­darmes qu’il était non as­su­ré, c’est parce qu’il avait eu « peur de po­ser des pro­blèmes » à son « pote ». La pré­si­dente du tri­bu­nal lui rap­pelle qu’il existe une pos­si­bi­li­té de prendre une as­su­rance pour une jour­née afin de dé­pla­cer le vé­hi­cule : « Je ne sa­vais même pas que ça se fai­sait » ré­pond le gar­çon qu’on croit sans mal.

« IL FAL­LAIT PRENDRE UNE AS­SU­RANCE À LA JOUR­NÉE »

Les mains dans les poches et un sou­rire d’ado­les­cent nar­quois sur ses lèvres, le pré­ve­nu ex­plique que s’il est ren­tré dans l’ar­rière du bus c’est parce que ce der­nier a pillé, suite à un re­fus de prio­ri­té d’un poids lourd. Pour la re­pré­sen­tante du mi­nis­tère pu­blic, ces faits sont « la preuve que l’on peut avoir un ac­ci­dent à moins de 20 m de chez soi ». Le gar­çon, qui est en CDI à mi-temps de­puis 6 mois, a dé­jà été condam­né pour dé­ten­tion de stu­pé­fiant. Le tri­bu­nal le condamne à ef­fec­tuer un stage de sen­si­bi­li­sa­tion à la sé­cu­ri­té rou­tière à ses frais. Il de­vra éga­le­ment s’ac­quit­ter d’une amende de 30 € et de 127 € de frais de pro­cé­dure. Il est ce­pen­dant re­laxé pour la « vi­tesse ex­ces­sive ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.