LA ZAC DE THER À L’AR­RÊT «C’est ca­tas­tro­phique, Il faut que ça s’ar­rête !»

GI­LETS JAUNES Les grandes sur­faces ont vu leur chiffre d’af­faires s’écrou­ler de­puis 15 jours. Cer­taines d’entre elles pour­raient re­non­cer à re­cru­ter des “ren­forts” pour les fêtes.

L'Observateur de Beauvais - - BEAUVAIS -

Le mou­ve­ment des gi­lets jaunes crispe les com­mer­çants alors que les fêtes de fin d’an­née se pro­filent. Lors du pre­mier sa­me­di du mou­ve­ment, le 17 no­vembre, les en­seignes de la ZAC de Ther ont per­du entre 40% et 75% du chiffre d’af­faires. Et le sa­me­di sui­vant, la ten­dance ne s’est qua­si­ment pas dé­men­tie. Une es­ti­ma­tion confir­mée par deux en­seignes d’ameu­ble­ment ain­si que de dé­co­ra­tion et ju­gée tout sim­ple­ment «ca­tas­tro­phique» . La perte est es­ti­mée à qua­si­ment 75% par rap­port au chiffres d’af­faires at­ten­dus sur le sa­me­di du 17 no­vembre alors que le mois de no­vembre est consi­dé­ré comme l’un des plus gros mois de l’an­née avec no­tam­ment dé­cembre et jan­vier. Et là, où ces ma­ga­sins dé­gagent ha­bi­tuel­le­ment une marge plus im­por­tante, ils pré­sen­te­ront un bi­lan né­ga­tif en fin de mois. Une si­tua­tion que ne com­prenne pas les com­mer­çants. « Il faut que ça s’ar­rête », ex­pliquent-ils. Il faut aus­si sa­voir que nous tra­vaillons beau­coup pour pro­po­ser des prix bas, nous tra­vaillons nous aus­si pour le pou­voir d’achat. Et si nous ne sommes pas contre le droit de ma­ni­fes­ter, on ne com­prend pas pour­quoi on em­pêche les gens de se rendre li­bre­ment où ils le sou­haitent« . A Au­chan Beauvais, le pre­mier sa­me­di du mou­ve­ment a fait chu­ter de 60 % le chiffre d’af­faires. Le week-end der­nier, la nou­velle di­rec­trice de l’hy­per­mar­ché, Sté­pha­nie De­mestre es­time la chute à 25 % sur les sa­me­di et le di­manche. »Oui, nous avons eu de vraies consé­quences, no­tam­ment sur ce gros week-end où nous pro­po­sions des prix at­trac­tifs à l’oc­ca­sion du Black fri­day». Le sa­me­di 24, elle a d’ailleurs eu la vi­site à six re­prises d’un groupe im­por­tant de “gi­lets jaunes” sur­veillés de près par des CRS. « Je pense qu’ils nous ont choi­sis car on est un peu le centre em­blé­ma­tique de Beauvais, dé­taille la res­pon­sable. Mais tout s’est très bien pas­sé, il y avait un bon cli­mat, se­rein, pré­cise-t-elle.

«LE MAL EST FAIT »

Si elle ne juge pas le mou­ve­ment, (“cha­cun a le droit de ma­ni­fes­ter et il ne nous ap­par­tient pas de por­ter un ju­ge­ment”), elle mi­lite sur le droit de cir­cu­la­tion des vi­si­teurs mais éga­le­ment des em­ployés. »C’est ce qui nous im­porte ! Nos clients doivent pou­voir se dé­pla­cer li­bre­ment mais aus­si nos em­ployés doivent pou­voir éga­le­ment ve­nir tra­vailler !”. D’ores et dé­jà, sauf si sur­saut, elle sait que le mal est fait, qui plus est lors de la pé­riode où l’Hy­per tra­vaille le mieux dans l’an­née. « On ne ré­cu­pé­re­ra pas le manque à ga­gner, c’est sûr, c’est im­pac­tant ! Et si le mou­ve­ment conti­nue, on pour­rait prendre des me­sures » . La di­rec­trice s’in­ter­roge d’ailleurs sur la né­ces­si­té de re­cru­ter des CDD en ren­fort sur tout le mois de dé­cembre. « On em­bauche tou­jours un vo­lant de CDD, des étu­diants pour ai­der nos em­ployés sur la pé­riode de fin d’an­née. Mais si la clien­tèle n’est pas là, on ne fe­ra pas ap­pel à eux », com­plète Sté­pha­nie Des­mestre (R.TH).

Sa­me­di, les gi­lets Jaunes étaient de­vant l’Hy­per­mar­ché Au­chan qui est for­te­ment im­pac­té de­puis le dé­but du mou­ve­ment.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.