IL DANSE COMME UNE STAR Leewy Gué, pro­fes­seur, dan­seur et per­for­meur

POR­TRAIT Leewy Gué, 31 ans est dan­seur pro­fes­sion­nel, après un dé­but de car­rière où il a tu­toyé les som­mets, ce jeune Beau­vai­sien se consacre dé­sor­mais à trans­mettre son sa­voir aux autres.

L'Observateur de Beauvais - - BEAUVAIS -

Leewy Gué a eu une « ré­vé­la­tion » alors qu’il n’était en­core qu’un ado : « J’ai dé­cou­vert la danse lors de la fête de la mu­sique... Je traî­nais beau­coup dans les quar­tiers... J’y ai alors vu une al­ter­na­tive... ». Leewy va faire ses pre­miers pas dans le mi­lieu très fer­mé de la danse pro­fes­sion­nelle en fai­sant la tour­née des Zé­nith avec le groupe « Les Echos-liés » qui a rem­por­té l’émis­sion « La France à un in­croyable ta­lent ».

DES CAGES D’ES­CA­LIERS AU CIRQUE DU SO­LEIL

Il va en­suite tra­vailler pour le pres­ti­gieux Cirque du So­leil où il se­ra di­ri­gé par le cho­ré­graphe mon­dia­le­ment connu pour avoir col­la­bo­ré avec Mi­ckaël Jack­son. Après avoir « ba­rou­dé » de show en show aux quatre coins de l’Eu­rope, le jeune homme a dé­ci­dé de don­ner un nou­veau tour­nant à sa car­rière, ce­lui de l’en­sei­gne­ment. Leewy donne dé­sor­mais des cours pour le centre de danse si­tué dans le quar­tier Ar­gen­tine. Aus­si à l’aise avec le hip-hop qu’avec le clas- sique ou les danses de sa­lon, Leewy ai­me­rait être une « sorte de pas­se­relle entre deux mondes »: « J’ai consta­té dans l’école de danse qu’il y avait deux uni­vers et deux mi­lieux so­ciaux qui se cô­toyaient... J’ai­me­rais ai­der à les ré­con­ci­lier car au fi­nal dans toutes les danses, il y a la même éner­gie ». Hy­per-ac­tif, ce pro­dige qui vit au quar­tier Saint­Jean in­ter­vient éga­le­ment dans de nom­breux éta­blis­se­ments sco­laires et dans dif­fé­rentes struc­tures en ville : « Je tra­vaille aus­si avec les psy­cho­mo­tri­ciens de l’Ins­ti­tut mé­di­co­édu­ca­tif pour trou­ver de nou­veaux moyens de re­don­ner de la coor­di­na­tion aux per­sonnes ma­lades... Je fais éga­le­ment des ate­liers de ré­in­ser­tion par la danse en pri­son... Je veux leur mon­trer qu’on est pas obli­gé de de­ve­nir un voyou pour s’épa­nouir ». En pa­ral­lèle de ses ac­ti­vi­tés, Leewy est aus­si membre de l’as­so­cia­tion Dans ses vi­déos, Leewy Gué montre qu’il est un ar­tiste polyvalent qui peut dan­ser n’im­porte où. « Hype my vice » qui a pour ob­jec­tif de « vul­ga­ri­ser la danse ur­baine et de res­ser­rer les liens so­ciaux » (lire l’en­ca­dré). C’est sur la toile que Leewy dé­voile au­jourd’hui tout son ta­lent dans des vi­déos de danses très sty­li­sées (Ins­ta­gram : « hy­pe_ my_­vice »). A 31 ans, Leewy qui ne manque dé­ci­dé­ment pas d’éner­gie n’a qu’un ob­jec­tif en tête : « Ap­prendre tou­jours plus et conti­nuer de par­ta­ger ma pas­sion ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.