S. Dailly : « J’ai des gar­çons in­tel­li­gents »

FOOTBALL - NA­TIO­NAL 3 L’en­traî­neur de l’équipe fa­nion de l’ASBO, Sé­bas­tien Dailly, fait un bi­lan de la première par­tie de sai­son, affiche ses am­bi­tions, et évoque l’éven­tuelle ve­nue de Cham­bly à Bris­son.

L'Observateur de Beauvais - - SPORTS -

L’Ob­ser­va­teur : Quel bi­lan ti­rez-vous de cette première par­tie de sai­son ? Sé­bas­tien Dailly

: Il y a eu de nom­breux points po­si­tifs comme cette co­hé­sion que nous avons réus­sie à trou­ver, le jeu que nous par­ve­nons à pro­po­ser, ou en­core l’in­ves­tis­se­ment des gars au quo­ti­dien. Tout ce­ci est dû au fait que j’ai des gar­çons in­tel­li­gents, qui ont pris conscience que nous avions un ef­fec­tif li­mi­té où il y avait une belle carte à jouer. A l’in­verse, le groupe est en­core jeune dans tous les sens du terme, ce­la si­gni­fie qu’il est en­core per­fec­tible. Nous avons su­bi quelques dé­con­ve­nues qui nous ont ser­vi de for­ma­tion et sur les­quelles il fau­dra s’ap­puyer sur cette deuxième par­tie de sai­son pour mon­trer que nous avons pro­gres­sé.

La mon­tée n’était pas l’ob­jec­tif du club en dé­but de sai­son. Qu’en est-il dé­sor­mais ?

Nous vou­lons conti­nuer d’avan­cer, et notre ob­jec­tif est de pour­suivre et d’af­fi­cher les mêmes va­leurs que nous mon­trons de­puis six mois. Après, nous sou­hai­tons rem­por­ter le plus de matchs pos­sibles, et c’est seule­ment à la fin que nous fe­rons les comptes. En tout les cas, notre prio­ri­té est de conti­nuer à construire ce que nous avons com­men­cé.

Et vous, êtes-vous sa­tis­fait de votre dé­but de sai­son ?

Oui je suis content de ce que j’ai réa­li­sé jus­qu’à pré­sent. En pre­nant le club, l’idée était de don­ner une bonne image de la ville et d’in­ci­ter les sup­por­ters à re­ve­nir au stade. Je pense que c’est en bonne voie.

En par­lant de stade, que pen­sez-vous d’une éven­tuelle ve­nue de Cham­bly à Bris­son la sai­son pro­chaine* ?

Je sou­haite le meilleur à Cham­bly, mais hon­nê­te­ment, tout ce­la n’est pas mon pro­blème. Je suis à la tête d’un seul club et ce­la de­mande dé­jà beau­coup de bou­lot. Après, on nous a im­po­sé de jouer à Sah­noun cette sai­son, nous l’avons fait. Et si l’an­née pro­chaine c’est Bris­son, alors ce se­ra Bris­son.

*Cham­bly, lea­der du Na­tio­nal, de­vra dé­mé­na­ger s’il monte en Ligue 2, son stade des Ma­rais n’étant pas aux normes. Le pré­sident cam­bly­sien, F. Lu­zi, a ain­si son­dé la Ville de Beau­vais pour la lo­ca­tion du Stade Bris­son. Il se­ra dif­fi­cile de ré­pondre fa­vo­ra­ble­ment à la de­mande. Bris­son se­ra oc­cu­pé la sai­son pro­chaine par l’ASBO et le BRC, et le ter­rain ne pour­ra pas ac­cueillir 3 équipes sur une même sai­son.

Sé­bas­tien Dailly, l’en­traî­neur de l’ASBO, est à la tête d’un groupe « per­fec­tible » mais com­po­sé de joueurs « in­tel­li­gents ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.