C’est la vie ou com­ment illus­trer sur scène la perte d’un en­fant

L'Observateur de Beauvais - - SORTIR -

BEAU­VAIS/ AU THÉÂTRE

Avec C’est la vie, Mo­ha­med El Kha­tib aborde un su­jet li­mite : la perte d’un en­fant. Fi­dèle à sa pra­tique de « fic­tion documentai­re », Mo­ha­med a re­le­vé le dé­fi que lui po­sait Da­niel Ken­nis­berg, co­mé­dien qui ve­nait de perdre son fils, sui­ci­dé à 25 ans : tu parles de la mort de ta mère (dans Fi­nir en beau­té), mais ce n’est rien à cô­té de la mort d’un en­fant. Au même mo­ment, Fan­ny Cat­tel per­dait sa pe­tite fille, at­teinte d’une ma­la­die or­phe­line ir­ré­mé­diable, à l’âge de cinq ans. Ils se sont alors vus à plu­sieurs re­prises, et dé­ci­dé en­semble de trou­ver une forme scé­nique pour abor­der ce su­jet dont on me­sure la puis­sance émo­tion­nelle. S’en est sui­vi un dis­po­si­tif scé­no­gra­phique, où les deux co­mé­diens sont pré­sents, face à nous et dans une grande proxi­mi­té, et nous parlent de cette ex­pé­rience li­mite qu’ils ont tra­ver­sée. Il n’y a évi­dem­ment ni voyeu­risme ni pa­thos dans la fa­çon de trai­ter le su­jet, mais un grand res­pect des pro­ta­go­nistes entre eux, et vis-à-vis des spec­ta­teurs.

Les 6, 7 et 8 mars à 20h30

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.