Mu­ni­ci­pales à Beau­vais : ils veulent tous y al­ler

PO­LI­TIQUE Claire Ma­rais-Beuil, an­cienne maire-ad­jointe à Beau­vais, semble bien pla­cée pour por­ter la liste Ras­sem­ble­ment na­tio­nal lors des mu­ni­ci­pales de 2020. La can­di­da­ture se­ra ac­tée en sep­tembre.

L'Observateur de Beauvais - - LA UNE - Jof­frey Meu­nier

Mal­gré la can­di­da­ture de Roxane Lun­dy, Thier­ry Au­ry (PCF) se dit le mieux pla­cé pour être tête de liste. Au ras­sem­ble­ment Na­tio­nal, Claire Ma­rais-Beuil y pense aus­si.

Alors que la cam­pagne mu­ni­ci­pale est dé­jà lan­cée à gauche, elle reste en stand-by à droite. Même à la droite de la droite, le Ras­sem­ble­ment na­tio­nal de l’Oise ne suit pas l’exemple de Ma­rine Le Pen, qui s’était lan­cée dans l’élec­tion pré­si­den­tielle de 2017, quinze mois avant le scru­tin. « Chaque chose en son temps » , tem­père My­lène Troszc­zyns­ki, dé­lé­guée dé­par­te­men­tale RN de l’Oise, dé­pu­tée eu­ro­péenne et conseillèr­e ré­gio­nale, pour rap­pe­ler les élec­tions eu­ro­péennes du di­manche 26 mai. Sur le plan lo­cal, elle donne ren­dez-vous aux Beau­vai­siens « à la ren­trée de sep­tembre » . Une an­nonce faite à l’oc­ca­sion de la jour­née des droits de la femme, le ven­dre­di 8 mars, le jour où la dé­lé­guée dé­par­te­men­tale RN te­nait une confé­rence de presse, au ca­fé de la Paix, place Jeanne-Ha­chette (lire ci-des­sous).

CLAIRE MA­RAIS-BEUIL, AN­CIENNE ÉLUE DE LA MA­JO­RI­TÉ MU­NI­CI­PALE

Elle était ac­com­pa­gnée par quatre femmes : les conseillèr­es dé­par­te­men­tales Béa­trice Gou­raud et Na­tha­lie Jo­rand, et les conseillèr­e ré­gio­nales Au- drey Ha­vez et Claire Ma­rais-Beuil. Cette der­nière est bien connue à Beau­vais. Elle a été ad­jointe au maire de Beau­vais, Ca­ro­line Cayeux, avant de dé­mis­sion­ner en 2011 et de re­joindre le FN en 2015. « Je suis Beau­vai­sienne, mes en­fants sont à Beau­vais, j’ai des am­bi­tions pour Beau­vais », rap­pelle l’an­cienne élue de la ma­jo­ri­té mu­ni­ci­pale. Comme un ren­dez-vous dé­jà pris avec les Beau­vai­siens en 2020 ? Claire Ma­rais-Beuil ne botte pas en touche à l’évo­ca­tion de cette idée, ren­for­cée par le sou­tien à peine voi­lé de My­lène Troszc­zyns­ki. Met­tant en avant sa connais­sance de la Ville, « Claire par­ti­ci­pe­ra de fac­to à ce qu’il va se pas­ser à Beau­vais » . Reste à sa­voir quelle se­ra sa place sur la liste ? « Nos can­di­dats se­ront re­çus en com­mis­sion d’in­ves­ti­ture », pré­cise la dé­pu­tée eu­ro­péenne, afin de res­ter sur les am­bi­tions du Ras­sem­ble­ment na­tio­nal à Beau­vais. « Il y a tout à re­cons­truire à Beau­vais, la liste Front a ex­plo­sé, ajoute-t-elle, il faut me­ner un vrai tra­vail de fond, l’am­bi­tion est de rem­por­ter la mai­rie » . Pour y par­ve­nir, le par­ti « ren­contre des gens » pour par­ti­ci­per à cette aven­ture. Mais il n’en­vi­sage pas de confier la cam­pagne à un “pa­ra­chu­té”.

« UNE OP­PO­SI­TION FORTE »

Un choix qui donne en­core un peu plus de cré­dit à une liste por­tée par Claire Ma­rais-Beuil pour les mu­ni­ci­pales de 2020. Lors­qu’elle se pro­jette sur cette échéance, la Beau­vai­sienne af­fiche de grandes am­bi­tions : « l’op­po­si­tion, c’est bien, mais on ne peut rien faire » . À ses cô­tés, My­lène Troszc­zyns­ki voit un peu moins grand, mais as­sure que le Ras­sem­ble­ment na­tio­nal re­pré­sen­te­ra, au moins, « un grand groupe d’op­po­si­tion » au Conseil mu­ni­ci­pal de Beau­vais, « une op­po­si­tion forte » .

Béa­trice Gou­raud, Na­tha­lie Jo­rand, Au­drey Ha­vez, Claire Ma­rais-Beuil et My­lène Troszc­zyns­ki, étaient à Beau­vais, le ven­dre­di 8 mars.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.