Fran­çois Mel­lon fait de l’huile de Ca­me­line

VILLO­TRAN Fran­çois Mel­lon pro­duit de l’huile de ca­me­line à la ferme de la Ga­renne de Villo­tran. Il évoque le goût unique et les bien­faits pour la san­té de ce pro­duit, dé­cou­vert par ha­sard...

L'Observateur de Beauvais - - LA UNE - Jof­frey Meu­nier

Elle est moins connue que l’huile d’olive ou de tour­ne­sol, sauf peut-être à Villo­tran… Conçue à la ferme de la Ga­renne (dans la rue du même nom), l’huile de ca­me­line est l’une des vi­trines du pro­duc­teur bio, Fran­çois Mel­lon. La force de réa­li­ser quelque chose de rare. « Dans l’Oise, on doit être deux à en faire », sou­ligne le pro­duc­teur lo­cal. L’homme de 62 ans, conver­ti au bio de­puis 19 ans, a lui-même dé­cou­vert cette plante « par ha­sard » , lors­qu’il s’est lan­cé dans la cul­ture de len­tilles. Il cher­chait une fa­çon de lut­ter contre les mau­vaises herbes, qui freinent la pro­duc­tion de len­tilles, et a trou­vé en la ca­me­line la so­lu­tion na­tu­relle à cette pro­blé­ma­tique. Fran­çois Mel­lon a donc as­so­cié les deux sur la di­zaine d’hec­tares (sur ses 125 hec­tares de terres) qu’il consacre à cette double-pro­duc­tion. « Et puis j’ai dé­cou­vert, sur in­ter­net, qu’on pou­vait faire de l’huile avec la ca­me­line » . Le dé­but d’une belle his­toire, qui dure de­puis 2012. 6000 bou­teilles sont pro­duites chaque an­née. « J’écoule tout, se ré­jouit le sexa­gé­naire, quand les gens com­mencent, ils re­viennent ». Cette fi­dé­li­sa­tion tient au­tant au goût du pro­duit qu’à ses bien­faits sur la san­té. Par­ti­cu­liè­re­ment riche en omé­ga 3, « l’huile de ca­me­line est bonne pour le cer­veau, la cir­cu­la­tion san­guine, et la peau » . S’il ne peut pas s’ap­puyer sur des conclu­sions mé­di­cales pour dé­crire les ver­tus de son huile, le pro­duc­teur se base sur les re­tours de ses clients pour af­fir­mer qu’elle « soigne très bien » . Contre « l’ec­ze­ma », no­tam­ment. « Dans la cos­mé­tique, il y a d’ailleurs sou­vent de l’huile de ca­me­line, elle est très ré­hy­dra­tante ». Fran­çois Mel­lon rap­pelle tou­te­fois que « la pre­mière qua­li­té » de l’huile de ca­me­line est de faire par­tie de la pa­no­plie d’un bon cui­si­nier. « C’est une huile d’as­sai­son­ne­ment, dé­taille-t-il, elle a beau­coup de goût, mais n’est pas très forte. Elle a un cô­té très vert, avec un pe­tit goût d’as­perge, ça re­hausse un plat de cru­di­tés par exemple » . Une sa­veur « très ori­gi­nale » qui a un coût : 8,50 eu­ros la bou­teille de 0,5 litre. « C’est une pe­tite pro­duc­tion ici, ex­plique le pro­duc­teur, pour une tonne de graines, je sors 200 litres d’huile, soit 400 bou­teilles, c’est as­sez faible ». Fran­çois Mel­lon n’am­bi­tionne pas d’al­ler au-de­là en ma­tière de pro­duc­ti­vi­té. « En bio, il faut être rai­son­nable, on peut se faire prendre à son propre piège. On doit être humble, c’est tou­jours la na­ture qui a le des­sus ». Le mois pro­chain, il va se­mer ses len­tilles et ca­me­lines. La ré­colte se­ra ef­fec­tuée fin juillet. « Mais le pres­sage se fait tout au long de l’an­née, note le Villo­tran­nais, ce­la me per­met d’avoir de l’huile fraîche tout le temps » . Elle est no­tam­ment ven­due au do­mi­cile du pro­duc­teur, mais aus­si à la ferme de Me­sen­guy de Villo­tran, et dans les ma­ga­sins Bio­coop de Pi­car­die, dont ce­lui de Beau­vais. Il at­tend aus­si avec im­pa­tience le pro­chain mar­ché fer­mier à l’Hô­tel du dé­par­te­ment, en oc­tobre, où il est « dé­va­li­sé » de­puis deux ans.

Fran­çois Mel­lon dit, avec le sou­rire, « ne pas faire son âge grâce à l’huile de ca­me­line ». Ren­sei­gne­ments : 06 77 17 12 06 ou fran­cois.mel­[email protected]­na­doo.fr.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.