La soi­rée des grandes pre­mières

BEAU­VAIS Met­teur en scène en ré­si­dence à Beau­vais il y a une dou­zaine d’an­nées, La­dis­las Chol­lat est re­ve­nu au CGR avec son pre­mier film, « Let’s dance ».

L'Observateur de Beauvais - - BEAUVAIS - Pa­tri­cia Haute-Pot­tier

Le 19 mars, c’était la soi­rée des grandes pre­mières au ci­né­ma CGR, à l’oc­ca­sion de la pro­jec­tion du film « Let’s dance » : pre­mier film du met­teur en scène de théâtre et de co­mé­dies mu­si­cales La­dis­las Chol­lat ; pre­mier film et pre­mière « avant-pre­mière » pour l’héroïne du film, Alexia Gior­da­no. Pour les ac­com­pa­gner sur le pla­teau du CGR, Guillaume de Ton­qué­dec, qui a fait écla­ter de rire plus d’une fois le pu­blic qui avait em­pli la salle de pro­jec­tion. La­dis­las Chol­lat avait te­nu à lan­cer le Prin­temps du Ci­né­ma avec cette avant-pre­mière à Beau­vais, une ville qu’il connaît bien pour y avoir vé­cu et tra­vaillé de 2004 à 2007 au cours d’une ré­si­dence d’ar­tiste. De­puis, il a fait son che­min en dé­cro­chant plu­sieurs Mo­lières (« Le père », « Le fils »...) ou met­tant en scène Line Re­naud dans « Très chère Ma­thilde » ou « Ha­rold et Maude », que l’on re­trouve dans « Let’s dance ». Il a éga­le­ment si­gné les co­mé­dies mu­si­cales « Oli­ver Twist » et « Ré­siste ». Mais le ci­né­ma le dé­man­geait. « Quand j’étais à Beau­vais, a-t-il ex­pli­qué, je ne pen­sais pas faire du ci­né­ma mais j’ai be­soin de tou­jours me mettre en

dan­ger. C’était une grande pre­mière pour moi, je n’y connais­sais rien. Mais à 43 ans, cette ex­pé­rience m’a don­né une faim in­croyable de ci­né­ma. Je n’ai qu’une en­vie, c’est de re­com­men­cer. » Pour ce pre­mier film ori­gi­nal qui mêle avec vir­tuo­si­té le hip hop et la danse clas­sique, La­dis­las Chol­lat s’est ins­pi­ré de films tels que « Billy El­liot » ou « Black Swan ». Rayane Ben­set­ti, le lau­réat de « Danse avec les stars » 2014, y tient le pre­mier rôle et montre toutes les fa­cettes de son ta­lent. « Nous avons des mé­thodes très dif­fé­rentes de tra­vail, il est à fond, un chien fou », a pré­ci­sé La­dis­las Chol­lat avant de mettre en boîte Guillaume de Ton­qué­dec et sa gaine pour jouer un pro­fes­seur de danse au main­tien par­fait. Pas ran­cu­nier, ce der­nier s’est li­vré à un dis­cours di­thy­ram­bique sur le met­teur en scène. « Il fal­lait être cu­lot­té pour faire un pre­mier film avec 85 % des ac­teurs qui ne sont pas des ac­teurs. Et il a réus­si. Son film est to­ta­le­ment abou­ti. Les Amé­ri­cains peuvent res­ter chez eux, La­dis­las est là ! » En en­ten­dant les com­men­taires des spec­ta­teurs, le pu­blic était vi­si­ble­ment d’ac­cord avec le co­mé­dien. Le film est sor­ti ce mer­cre­di, à vous d’en ju­ger...

La­dis­las Chol­lat et ses co­mé­diens Alexia Gio­da­no et Guillaume de Ton­qué­dec étaient au CGR pour la sor­tie de son pre­mier film « Let’s dance ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.