BEAU­VAIS AU FIL DU TEMPS Maurice Brayet, élu et hé­ros de guerre

Dans ce nou­vel « épi­sode » de notre par­te­na­riat avec le groupe Fa­ce­book his­to­rique « Beau­vais au fil » du temps, Do­mi­nique Schulz re­vient sur le des­tin de Maurice Brayet.

L'Observateur de Beauvais - - BEAUVAIS - Do­mi­nique Schulz

Maurice Brayet est né le 17 dé­cembre 1893 à l’école de Saint-Sul­pice. Son père Léonard est l’ins­ti­tu­teur du vil­lage. Maurice fait ses études se­con­daires au ly­cée Fé­lix Faure de Beau­vais et après le bac­ca­lau­réat il entre dans l’ad­mi­nis­tra­tion des tra­vaux pu­blics le 16 août 1913 en qua­li­té de com­mis des Ponts et Chaus­sées. In­cor­po­ré dès le 3 août 1914, il est pro­mu ca­po­ral le 13 no­vembre. Le 2 dé­cembre 1914, à la tête d’une poi­gnée d’hommes il mène une charge pour en­rayer le mou­ve­ment of­fen­sif de l’en­ne­mi.

BLES­SÉ PAR BALLE

Il est bles­sé par balle au Bois de la Cru­rie et éva­cué sur l’hô­pi­tal de Troyes. Pour cette ac­tion il ob­tient plu­sieurs mé­dailles. Son frère Mar­cel est tué le 13 mars 1915, son nom est gravé sur le mo­nu­ment des morts pour la France de Voi­sin­lieu à Al­lonne. Après la pre­mière guerre mon­diale, Maurice Brayet est dé­ta­ché aux ser­vices mu­ni­ci­paux de la ville de Beau­vais. Élu au conseil mu­ni­ci­pal, en 1940 il as­sure l’in­té­rim du maire de Beau­vais, Charles Des­groux, mo­bi­li­sé.

MAIRE PAR IN­TÉ­RIM

MAURICE BRAYET FUT NOM­MÉ CHEVALIER DE LA LÉ­GION D’HON­NEUR

En mai et juin 1940 les Al­le­mands bom­bardent Beau­vais. Les deux tiers de la ville sont en flammes, la moi­tié des mai­sons est dé­truite. Pen­dant ces bom­bar­de­ments du 3 au 8 juin Maurice Brayet reste à son poste à l’hô­tel de ville jus­qu’au mo­ment où ce­lui-ci est dé­truit le 8 juin vers 16h30. Il ins­talle alors son poste de com­man­de­ment dans les car­rières de Saint-Jean. Il y prend les dé­ci­sions né­ces­saires en vue du ra­vi­taille­ment, de l’hé­ber­ge­ment de la po­pu­la­tion, de l’aide aux si­nis­trés et du dé­blaie­ment des voies pu­bliques. Pour ces ac­tions il est nom­mé chevalier de la lé­gion d’hon­neur le 27 mai 1948. Il écri­ra ses mé­moires et les pu­blie­ra sous le titre de « Beau­vais ville mar­tyre juin - août 1940 ». Son nom est don­né à une rue de Beau­vais, le 25 jan­vier 2008.

Maurice Brayet avec ses col­lègues du conseil mu­ni­ci­pal d’avant-guerre (1ère pho­to) et seul (2e pho­to).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.