Sup­por­ters agres­sés, la piste de Cré­teil

CHAM­BLY Un homme ori­gi­naire de Cré­teil a été confon­du par le té­lé­phone qu’il a fait tom­ber du­rant l’agres­sion de deux sup­por­ters de Cham­bly, ven­dre­di soir, dans leur lo­cal, stade du Ma­rais.

L'Observateur de Beauvais - - FAITS DIVERS / TRIBUNAL -

Dans la nuit de ven­dre­di à sa­me­di, des sup­por­ters du Kop du FC Cham­bly ont été agres­sés dans leur lo­cal, alors qu’ils re­ve­naient du match FC Cham­bly-Gre­noble. L’un des deux a été trans­por­té à l’hô­pi­tal de Beaumont-sur-Oise, vic­time d’une frac­ture du plan­cher or­bi­tal d’un oeil et de contu­sions à un ge­nou. Il a pu quit­ter les ur­gences sa­me­di ma­tin pour re­ga­gner son do­mi­cile. « Nous sommes res­tés long­temps au stade Pierre Bris­son pour dis­cu­ter et nous avons quit­té Beau­vais vers 23h15. Au péage de l’au­to­route à Beau­vais, nous avons re­mar­qué une voi­ture qui se trou­vait sur la file voi­sine. Cel­le­ci nous a sui­vi jus­qu’au stade des Ma­rais, où nous vou­lions dé­po­ser nos bâches dans notre lo­cal. Un homme en est des­cen­du, vê­tu tout de noir, et, sans som­ma­tion, m’a frap­pé au vi­sage. Il ne m’a dit qu’une chose : » Donne nous les bâches « . Il s’en est em­pa­ré et n’a rien vo­lé d’autre. Il ne vou­lait que nos bâches. Ils étaient trois ou quatre dans la voi­ture... », a ex­pli­qué la vic­time qui s’est vu pres­crire une ITT de dix jours. Il a dé­po­sé plainte et une en­quête a été ou­verte par la gen­dar­me­rie de Cham­bly.

LE COLLECTIF ISARIEN CONDAMNE L’AGRES­SION

Reste que ce geste in­ter­pelle, un vol de bâches ou de dra­peaux est plu­tôt le fait d’ul­tras et des re­gards se sont tour­nés vers des sup­por­ters beau­vai­siens dont cer­tains ont du mal à voir évo­luer Cham­bly au stade Bris­son. Mais très ra­pi­de­ment, l’un des clubs de sup­por­ters les plus em­blé­ma­tiques de Beau­vais, le Collectif isarien a te­nu à ré­pondre via un post sur Fa­ce­book.. « Nous te­nons donc à dé­men­tir toute im­pli­ca­tion dans cette agres­sion, que nous condam­nons. L’en­quête en cours per­met­tra de dé­doua­ner notre as­so­cia­tion et les sup­por­ters de Beau­vais, dont l’image se re­trouve en­ta­chée par ces al­lé­ga­tions» .

Et de conclure : Nous sou­hai­tons un prompt ré­ta­blis­se­ment au sup­por­ter

de Cham­bly bles­sé». L’en­quête, elle, a très vite avan­cé. En ef­fet, lors de l’agres­sion, l’un des in­di­vi­dus a fait tom­ber son té­lé­phone. Et il se trouve que le pro­prié­taire du mo­bile a été iden­ti­fié et in­ter­pel­lé. In­ter­ro­gé, l’homme qui se­rait ori­gi­naire de Cré­teil n’a pas mo­ti­vé ce geste, ni dé­non­cé ses com­plices. Le nou­veau phé­no­mène qui veut que des groupes d’Ul­tra étrennent des bâches ou fa­nions vo­lés en guise de prise de guerre est évo­qué.

Les sup­por­ters du kop de Cham­bly ont -ils été agres­sé pour leurs bâches ou dra­peaux ? C’est ac­tuel­le­ment l’un des “jeux“des ul­tras des clubs pros.L’en­quête qui avance le di­ra.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.