Oli­vier tué à coups de cou­teau à Gre­noble

L'Observateur de Beauvais - - LA UNE -

«IL A ÉTÉ TUÉ GRA­TUI­TE­MENT, IL N’A RIEN FAIT»

Entre 250 et 300 per­sonnes de la Ré­pu­blique dé­mo­cra­tique du Con­go ont ma­ni­fes­té sa­me­di 24 août, à Gre­noble, en hom­mage Oli­vier Mam­ba­ka­sa, un qua­dra­gé­naire Beau­vai­sien qui au­rait été la cible d’un crime ra­ciste, se­lon sa fa­mille et ses amis. « Oli­vier a es­sayé de se dé­fendre et il a été poi­gnar­dé avec plu­sieurs coups de cou­teau. Il a été tué gra­tui­te­ment, il n’a rien fait, mais parce qu’il est noir. C’est vrai­ment in­ac­cep­table, c’est pour ça que nous sommes là » , ex­pli­quait Pe­ter Ka­sha­ma, pré­sident de la com­mu­nau­té congo­laise sur le site de la ra­dio RTL.fr. Oli­vier Mam­ba­ka­sa re­ve­nait d’une soi­rée chez sa soeur quand il a re­çu des coups de cou­teau.

DÉ­CÉ­DÉ DES SUITES DE SES BLES­SURES

Les faits re­montent le 17 août. Le qua­dra­gé­naire ren­dait vi­site à sa soeur à Gre­noble, ville où il a de­meu­ré. Dans la soi­rée du 17 août, alors qu’il ren­trait d’une soi­rée, il s’est fait agres­ser à 4h40. In­sul­té de sale noire, il au­rait re­çu des ca­nettes et c’est au mo­ment où il sou­hai­tait se dé­fendre, qu’il se se­rait fait frap­per de plu­sieurs coups de cou­teau à la poi­trine. Très griè­ve­ment bles­sé, Oli­vier Mam­ba­ka­sa est dé­cé­dé la se­maine der­nière.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.