DES CO­LIS AUX DÉ­TE­NUS CONTRE 100 € Il jette un sac au-des­sus du grillage de la pri­son

BEAUVAIS Contre la pro­messe de 100 eu­ros, Guillaume B. a ten­té de je­ter un sac de co­lis des­ti­nés aux dé­te­nus de la pri­son de Beauvais, le 22 août der­nier. Il était ju­gé quatre jours après les faits.

L'Observateur de Beauvais - - FAITS DIVERS - J.M.

J’ai bien des connais­sances en pri­son mais rien à voir avec ce que j’étais en train de faire » . Pen­dant l’au­dience, ce lun­di 26 août, Guillaume B. gar­de­ra le si­lence sur les iden­ti­tés des per­sonnes qui ont par­ti­ci­pé à l’opé­ra­tion qui a en­traî­né son ar­res­ta­tion le 22 août der­nier. Ce jour-là, il est 17 h lorsque l’homme de 24 ans, ca­gou­lé, tente de lan­cer un sac au-des­sus du grillage du centre pé­ni­ten­tiaire de Beauvais. Pris en fla­grant dé­lit, il est in­ter­pel­lé. À l’in­té­rieur du sac, les po­li­ciers dé­couvrent des cigarettes, des ke­babs et un mor­ceau de ré­sine de can­na­bis, ré­par­tis en plu­sieurs lots, bien en­ve­lop­pés, et éti­que­tés de trois noms dif­fé­rents. As­su­ré­ment les des­ti­na­taires de la mar­chan­dise. Le pré­ve­nu ne le confirme pas. Pen­dant sa garde à vue, Guillaume B. ne s’était pas mon­tré plus ba­vard lorsque les po­li­ciers lui avaient de­man­dé des ex­pli­ca­tions sur le conte­nu de son té­lé­phone portable. Des échanges de SMS avec un cer­tain Ya­cine (carte pré­payée), en date du 21 août, évo­quant l’opé­ra­tion du len­de­main à la pri­son, avaient été consta­tés. Guillaume B. di­ra ne pas le connaître. À l’au­dience, lors­qu’il est in­ter­ro­gé sur une éven­tuelle peur des re­pré­sailles, le pré­ve­nu ré­pond « n’avoir peur de per­sonne, mais quand je fais une Le pré­ve­nu avait ten­té de faire pas­ser un co­lis au-des­sus du grillage du centre pé­ni­ten­tiaire de Beauvais. (pho­to d’ar­chive) mis­sion, j’as­sume tout seul » . Il de­vait ré­pondre des deux chefs d’in­cul­pa­tion re­te­nus contre lui : la re­mise ir­ré­gu­lière d’ob­jets à un dé­te­nu et la dé­ten­tion non au­to­ri­sée de stu­pé­fiants. Pen­dant l’au­dience, son avo­cate, maître Eu­gé­nie Car­te­ret, axe­ra sa dé­fense sur le fait que son client n’était pas au cou­rant de la pré­sence de stu­pé­fiants dans le sac. De­puis son ar­res­ta­tion, Guillaume B. tient le même dis­cours : il a ré­cu­pé­ré le co­lis, cen­sé conte­nir des cigarettes et des ke­babs, et de­vait le je­ter au-des­sus du grillage de la pri­son. « C’était ma seule mis­sion » . En ré­com­pense, il de­vait em­po­cher 100 eu­ros. « Ça vous sem­blait bien payé pour les risques en­cou­rus » , l’a in­ter­ro­gé le pré­sident du tri­bu­nal ? « Pour des cigarettes et des ke­babs, oui » , a ré­pon­du le pré­ve­nu, se dé­doua­nant donc de la pré­sence de can­na­bis dans le sac. Dans son ré­qui­si­toire, la sub­sti­tut du pro­cu­reur a évo­qué ce sac rem­pli de « pa­quets en­fer­més par du scotch, il étai­tim­pos­sible de voir ce qu’il conte­nait » . Mais elle a aus­si pré­ci­sé que Guillaume B. par­ti­ci­pait à « un tra­fic » . Elle a de­man­dé huit mois de pri­son et le main­tien en dé­ten­tion hors de Beauvais. Le ca­sier du pré­ve­nu, dé­jà in­car­cé­ré en 2017, men­tion­nant sept condam­na­tions, no­tam­ment pour vio­lences en réunion et vols avec vio­lence, n’a pas plai­dé en sa fa­veur. Et le poste de gé­rant d’une piz­ze­ria, qui l’at­tend se­lon lui à l’ex­té­rieur et n’a pas man­qué d’in­tri­guer le pré­sident du tri­bu­nal, n’a pas eu l’im­pact es­comp­té. Sans em­ploi, Guillaume B. est lo­gé à Nogent-sur-Oise chez la mère de son demi-frère. Un do­mi­cile que le pré­ve­nu ne pour­ra pas re­trou­ver avant 2020. Re­laxé pour la dé­ten­tion de stu­pé­fiants, Guillaume B. a été condam­né à quatre mois de pri­son ferme. Il est in­car­cé­ré à Amiens.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.