Un homme frappe les pom­piers ve­nus à son se­cours

L'Observateur de Beauvais - - OPINIONS -

AGRES­SION

Sur sa page Fa­ce­book, le SDIS de l’Oise a évo­qué des coups de poings re­çus par des pom­piers en in­ter­ven­tion, le sa­me­di 24 août : « sa­me­di, en fin de ma­ti­née à Beauvais, alors qu’ils in­ter­ve­naient à la de­mande d’un tiers in­quiet pour la san­té d’un proche, les sa­peurs-pom­piers ont été fraî­che­ment ac­cueillis. L’homme de­vant être se­cou­ru s’est mon­tré par­ti­cu­liè­re­ment agres­sif en voyant ap­pro­cher nos agents, re­fu­sant toute aide. Il a com­men­cé par les in­sul­ter co­pieu­se­ment. Nos col­lègues ont néan­moins dé­ci­dé d’ap­pro­cher l’homme qui pré­sen­tait des bles­sures au tho­rax en avan­çant dans la cour de l’ha­bi­ta­tion, pré­ci­sant qu’ils ve­naient lui por­ter as­sis­tance. Cette per­sonne a alors por­té un coup de poing à l’un de nos agents, re­pous­sant un se­cond, tout en les in­sul­tant et les me­na­çant. Le sa­peur-pom­pier bles­sé s’est ren­du au centre hos­pi­ta­lier pour exa­mens. Nos équipes se sont en­suite di­ri­gées vers le com­mis­sa­riat pour un dé­pôt de plainte. Le SDIS de l’Oise, par la voix de son pré­sident, re­grette une fois de plus les agres­sions en­vers les sa­peurs­pom­piers, qu’elles soient ver­bales ou phy­siques. Eric de Val­ro­ger, en guise de mes­sage d’avertissem­ent, ré­pète que toute agres­sion à l’en­contre d’un sa­peur­pom­pier fait sys­té­ma­ti­que­ment l’ob­jet d’une plainte, dans la me­sure où ces actes sont to­ta­le­ment in­ad­mis­sibles ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.