SUR LES TRACES D’AR­NAUD BISSON «L’his­toire de ce ré­sis­tant est digne d’un film»

NOAILLES Sa­muel Chaus­sa­let a me­né un gros tra­vail de re­cherches sur le par­cours d’Ar­naud Bisson dont une rue porte son nom. Son tra­vail fe­ra l’ob­jet d’une ex­po­si­tion lors des jour­nées des pa­tri­moines.

L'Observateur de Beauvais - - NOAILLES -

Dans le cadre de son BTS « amé­na­ge­ment des com­munes ”, Sa­muel Chaus­sa­let avait pré­vu d’ef­fec­tuer son stage à l’étran­ger, mais le jeune homme a dû chan­ger ses plans au der­nier mo­ment. C’est ain­si qu’il s’est re­trou­vé sta­giaire au sein de l’équipe de la mai­rie de Noailles, où il a dé­cou­vert une fi­gure lo­cale dont une rue de la ville porte le nom : Ar­naud Bisson. Ce ré­sis­tant est un in­con­nu pour Sa­muel qui dé­cide d’ap­pro­fon­dir ses connais­sances sur son his­toire, et d’en faire le thème d’une ex­po­si­tion qui se­ra ren­due pu­blique lors des jour­nées du pa­tri­moine. Aussitôt, Sa­muel va re­grou­per tous les té­moi­gnages lui per­met­tant de re­tra­cer le par­cours d’Ar­naud Bisson, dont les ac­tions en tant que ré­sis­tant lors du der­nier conflit mé­ritent bien d’être rap­pe­lés. Ar­naud Bisson et sa femme Irène, en com­pa­gnie d’un groupe d’amis, dont Mar­cel An­noe­pel, ont en ef­fet oeu­vré avec cou­rage, et ef­fi­ca­ci­té pour en­trer en ré­sis­tance et ai­der à la vic­toire fi­nale.

DES AC­TIONS HÉ­ROÏQUES EN DEUX ÉPI­SODES

Ces ac­tions, se di­visent en deux par­ties, du­rant l’exode d’abord en 1940, puis , la plus si­gni­fi­ca­tive, du­rant les an­nées de ré­sis­tance, sur­tout en 1943 et 44. Dieu mer­ci, Mar­cel Bisson, avait en 2014, peu avant le dé­cès de sa mère, Irene Bisson, (à 105 ans), ré­di­gé un pas­sion­nant mé­moire sur le par­cours de son père, à par­tir de sou­ve­nirs et de lettres. Une source in­es­ti­mable pour Sa­muel, qui a aus­si re­cher­ché dans les mé­moires lo­cales.

«IL EST CAP­TU­RÉ, IL AR­RIVE À S’ÉCHAP­PER»

En ces pé­riodes du 75e an­ni­ver­saire, le tra­vail de trans­mis­sion de mé­moire a sem­blé pri­mor­dial à Sa­muel : » l’his­toire d’Ar­naud Bisson, c’est digne d’un film, pré­cise-t-il, il s’est tou­jours bat­tu, il est cap­tu­ré, il ar­rive à s’échap­per, il est en ca­vale, c’est toute une aven­ture. « Il

ap­pré­cie aus­si le cô­té » au­then­tique « du ré­cit de Mar­cel Bisson, grâce aux lettres

de son père, très nom­breuses. » Je ne suis pas his­to­rien, ajoute Sa­muel, mais si je peux contri­buer à ce que les gens qui sont, ou qui passent à Noailles sachent pour­quoi il y a une rue Ar­naud Bisson, ou Mar­cel An­noe­pel, je se­rai sa­tis­fait d’y avoir contri­bué ! « Il ca­resse aus­si d’autres su­jets d’études pos­sibles à Noailles, ses pre­miers contacts avec la com­mune l’ayant convain­cu qu’elle mé­ri­tait de s’y in­té­res­ser…

EN BREF : FO­RUM DES AS­SO­CIA­TIONS LE 8 SEP­TEMBRE

Di­manche 8 sep­tembre, de 10 à 17h, la mu­ni­ci­pa­li­té or­ga­nise un fo­rum ap­pe­lé «les as­so­cia­tions en fête» avec des ani­ma­tions, des dé­mons­tra­tions toute la jour­née. Le groupe Tout fout’ le camp se pro­dui­ra en con­cert !

Grâce au tra­vail de Sa­muel Chaus­sa­let, on sait pour­quoi Ar­naud Bisson, un ré­sis­tant qui a contri­bué à lé li­bé­ra­tion, a don­né son nom à une rue de la com­mune.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.