Il écope d’une 40e condam­na­tion pour des gifles sur sa com­pagne

L'Observateur de Beauvais - - FAITS DIVERS - R.TH

A à peine 30 ans, Be­noit a dé­jà un beau pal­ma­rès. Son ca­sier fait état, entre le 9 juin 2004 et le 31 no­vembre 2018, de 39 condam­na­tions, soit qua­si­ment un tiers de sa vie pas­sée en cel­lule. Reste que de­puis sa sor­tie de pri­son de Laon en jan­vier 2019, le pré­ve­nu qui vit du RSA n’a pas fait par­ler de lui. Il a en­ta­mé des for­ma­tions et fait ses pa­piers d’iden­ti­té, ce qu’il n’a ja­mais réa­li­sé au­pa­ra­vant. Mais le 24 sep­tembre der­nier, il a été rat­tra­pé par l’un de ses grand dé­mons : l’alcool. De­puis un mois, il vit avec une jeune Beau­vai­sienne à la ZUP Ar­gen­tine. Cette der­nière al­coo­li­sée l’en­joint à ve­nir la re­joindre dans un parc beau­vai­sien où elle par­tage de l’alcool avec des “amis”. L’homme s’y rend et ne semble pas à l’aise, il est aus­si al­coo­li­sé et est sous l’ef­fet de stu­pé­fiants… comme sa com­pagne d’ailleurs. Alors qu’ils rentrent, une brouille éclate et l’homme as­sène quatre gifles et un coup de pa­ra­pluie à son amie. Elle pré­sente un hé­ma­tome sous l’oeil mais au­cune in­ca­pa­ci­té n’a été pro­non­cée faute d’exa­mens. Le pré­sident Alain de Ker­mer­chou l’in­ter­roge sur les mo­tifs des coups. «On s’est em­brouillé pour des rai­sons de couple» , ré­pond Be­noît. On s’était per­du de vue» , image-t-il.

«VOUS AVEZ UN PRO­BLÈME DE COM­POR­TE­MENT»

Le pré­sident lui ré­torque que les coups ne sont pas la so­lu­tion. «Vous avez des pro­blèmes d’al­coo­lé­mie et de toxi­co­ma­nie. Vous êtes en­semble de­puis un mois et vous la ta­pez dé­jà, vous avez un pro­blème de com­por­te­ment !» Le par­quet n’est guère plus tendre avec le pré­ve­nu qui est éga­le­ment sous le coup d’un avis de re­cherche pour ne pas avoir res­pec­té son contrôle ju­di­ciaire de­puis sa sor­tie de pri­son à Laon. Be­noît est sous le cou­pe­ret d’une peine de quatre mois de sur­sis trans­for­mée en ferme. «J’ai beau­coup de peine à le croire quand il dit qu’il re­grette, an­nonce la sub­sti­tute, Clo­thilde De­ram­bure. Il ne com­prend pas que quand on se dis­pute avec quel­qu’un, on ne peut pas mettre de coups» . Elle ré­clame une peine de 6 mois de pri­son ferme avec mise en dé­ten­tion à l’is­sue de l’au­dience ajou­tée à la le­vée des 4 mois de sur­sis, soit 10 mois ferme. Son avo­cat, Guillaume Douilly de­mande que la peine pro­non­cée ne soit pas sui­vie d’une in­car­cé­ra­tion. « Il a un tra­vail, de­puis 9 mois, il ne crée plus de dif­fi­cul­tés, il a une place dans un foyer au cas où. J’es­time que les faits ne sont pas as­sez im­por­tants pour dé­li­vrer un man­dat de dé­pôt» . Avant le dé­li­bé­ré, le pré­ve­nu se dé­fend avec ses mots. « J’en suis à 10 ans de pri­son, j’en ai marre, c’est pas une vie la pri­son, j’ai en­vie de m’ins­truire», ex­plique-t-il en crai­gnant d’être pla­cé en cel­lule d’iso­le­ment. Il ne se­ra qu’à moi­tié en­ten­du, le tri­bu­nal le condam­ne­ra à 6 mois de dé­ten­tion avec man­dat de dé­pôt mais sans avoir à exé­cu­ter tou­te­fois les 4 mois mois ferme liés au non res­pect de son contrôle ju­di­ciaire.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.