Le maire veut en fi­nir avec le tra­fic des poids lourds

Route in­adap­tée, nui­sances mul­tiples... Le maire de Hermes, Grégory Pa­landre, veut ré­duire le tra­fic de poids lourds dans sa com­mune, en forte aug­men­ta­tion ces deux der­nières an­nées.

L'Observateur de Beauvais - - LA UNE -

Trop c’est trop. Le maire de Hermes, Grégory Pa­landre (SE), en­tend bien prendre à bras le corps le pro­blème du pas­sage des poids lourds dans sa com­mune. En ef­fet, se­lon lui, lors des dix der­nières an­nées, une aug­men­ta­tion de 40% du tra­fic poids lourds a été me­su­rée.

UNE VOI­RIE NON-ADAP­TÉE ET 250 CA­MIONS PAR JOUR

Chaque jour, ce se­rait pas moins de 250 ca­mions qui tra­ver­se­raient la com­mune via la dé­par­te­men­tale 125, qui passe en plein centre du vil­lage, pour rat­tra­per la D12. « Une pe­tite ving­taine des poids lourds seule­ment sont à des­ti­na­tion des usines lo­cales, les autres vont bien plus loin », dé­plore l’édile. Un tra­fic d’au­tant plus pro­blé­ma­tique que la route ne se­rait pas adap­tée à sup­por­ter un tel flux. « Tous les jours, on a des pro­blèmes de cir­cu­la­tion avec des voi­tures ou des ca­mions qui se re­trouvent blo­qués. Deux poids lourds ne peuvent pas se croiser par en­droit... Ce tra­fic crée aus­si des pro­blèmes de vi­bra­tion et de nui­sances so­nores », dé­nonce l’élu.

DES DÉ­GRA­DA­TIONS MUL­TIPLES

« Main­te­nant, on est obli­gés de fer­mer les fe­nêtres, même quand celles-ci donnent sur une cour in­té­rieure », confie Clé­ment, ha­bi­tant en bord de la dé­par­te­men­tale en centre-ville. « Et puis même pour les pié­tons, les trot­toirs ne sont pas as­sez larges. Même pour al­ler au parc de l’autre cô­té de la rue avec ses en­fants, c’est l’angoisse. C’est trop dan­ge­reux ».

OBLI­GÉ DE FER­MER LES FE­NÊTRES

Même constat quelques mètres plus loin, où la mai­son en bor­dure de route de Pa­tri­cia a souf­fert du tra­fic rou­tier. « En plus des nui­sances so­nores, les murs tremblent du fait du pas­sage des ca­mions. J’ai des fis­sures qui sont ap­pa­rues un peu par­tout sur la fa­çade et dans la mai­son ». Ce tra­fic de ca­mions dé­gra­de­rait aus­si une par­tie des voi­ries de la com­mune. « Les pierres de la route du centre-ville se dé­crochent et le mo­bi­lier ur­bain est abî­mé », ajoute le maire. Même son de cloche cô­té com­merces. A la bou­che­rie Vil­mont, si­tuée face à l’église, en bord de route pa­vée, c’est l’exas­pé­ra­tion. « Le tra­fic ne s’ar­rête ja­mais, ça fait tout trem­bler. Ça fait quelques temps main­te­nant qu’on veut re­faire la fa­çade, avec de grandes vi­trines... Mais tant que les ca­mions conti­nue­ront de cir­cu­ler comme ça, on ne pour­ra pas, ça risque de se dé­gra­der trop ra­pi­de­ment », ex­plique Ch­ris­tophe, un em­ployé de l’en­tre­prise fa­mi­liale. « On ha­bite juste au des­sus de la bou­tique, et à cause des vi­bra­tions, les portes ne tiennent plus fer­mées ».

PAS D’IN­TER­DIC­TION DE CIR­CU­LA­TION

Le maire at­tri­bue en grande par­tie la res­pon­sa­bi­li­té de cette hausse du tra­fic à l’ins­tal­la­tion du quai de dé­char­ge­ment du SMDO à VillersSai­nt-Sé­pulcre. Il en veut aus­si à son ho­mo­logue de Ro­chy-Con­dé, Fré­dé­ric Se­guin, qui a pris en août 2014 un ar­rê­té vi­sant à in­ter­dire le pas­sage poids lourds dans cer­taines rues de sa com­mune. « Les ca­mions sont donc dé­viés et passent par Hermes. C’est une dé­ci­sion qui a été prise sans au­cune concer­ta­tion et qui a des ef­fets né­fastes », pointe Grégory Pa­landre. « Je vais de­man­der au pré­fet de re­voir l’ar­rê­té ».

VERS LA MISE EN PLACE D’UNE TAXE ?

La mai­rie se donne un ob­jec­tif clair : ré­duire de 30% le tra­fic des poids lourds d’ici la fin de l’an­née. Une concer­ta­tion a été lan­cée avec les prin­ci­paux pour­voyeurs de trans­ports, comme le SMDO ou Té­nart. « Je suis un homme de dia­logue, je ne suis pas pour une in­ter­dic­tion pure et simple de tra­ver­ser la com­mune, il faut res­ter ou­vert et trou­ver tous en­semble une so­lu­tion ».

LA RÈGLE DU POLLUEUR/ PAYEUR

Un ar­rê­té in­ter­di­sant la tra­ver­sée des vé­hi­cules su­pé­rieurs à 3,5 tonnes avait par ailleurs dé­jà été pris par Hermes en fé­vrier, mais non ap­pli­qué. « Je ne veux pas ar­rê­ter le bu­si­ness, je com­prends les en­jeux », ras­sure l’édile. Mais il pré­vient : « Si je me heurte à des ré­frac­taires ou que les consul­ta­tions mènent à une im­passe, je se­rai prêt à ap­pli­quer la règle du pollueur/payeur, avec l’ins­tau­ra­tion d’une taxe pour les poids lourds ».

... Ob­jec­tif : ré­duire de 30% le tra­fic des poids lourds d’ici la fin de l’an­née ...

Des ca­mions obli­gés de mon­ter sur les trot­toirs pour s’évi­ter, c’est une si­tua­tion quo­ti­dienne dans le centre ville de Hermes, au pied de l’église et de la mai­rie.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.