La we­bra­dio her­moise se pré­pare à mon­ter sur Amiens

L'Observateur de Beauvais - - HAUTS-DE-FRANCE -

C’est par un simple post fa­ce­book que Louis Go­don, pré­sident d’Hap­py­ness, a an­non­cé of­fi­ciel­le­ment la nou­velle. La we­bra­dio a dé­ci­dé de se por­ter can­di­date pour émettre dans l’an­cienne ca­pi­tale pi­carde. En ef­fet, le 24 juillet der­nier, le CSA -Conseil Su­pé­rieur de l’Au­dio­vi­suel- a lan­cé ce que l’on ap­pelle un ap­pel à can­di­da­tures pour cou­vrir en ra­dio 15 grandes villes un peu par­tout en France, par­mi les­quelles Amiens. Les offres ne concernent ce­pen­dant pas les fré­quences FM, mais DAB +. Le DAB +, Di­gi­tal Au­dio Broad­cas­ting, est le nou­veau sys­tème de dif­fu­sion de la ra­dio, qui émet non pas sur des ondes mo­du­la­tion de fré­quence (FM), mais nu­mé­ri­que­ment (DAB). Sorte de TNT de la ra­dio, le DAB + est pro­mu à un bel ave­nir, en­vi­sa­geant même de rem­pla­cer à terme la tra­di­tion­nelle dif­fu­sion FM. Les pays scan­di­naves font d’ailleurs of­fice de pré­cur­seurs dans ce do­maine, la Nor­vège ayant éteint of­fi­ciel­le­ment l’en­semble de son ré­seau FM pour pas­ser au nu­mé­rique le 13 dé­cembre 2017. « C’est clai­re­ment un pa­ri sur l’ave­nir que l’on fait » as­sume Louis Go­don. « Le DAB +, en plus d’être l’ave­nir, c’est plus avan­ta­geux pour nous. Ca nous coûte moins cher que d’avoir une fré­quence FM, et puis nous tou­chons des sub­ven­tions... » . Tou­te­fois, à l’heure d’au­jourd’hui, peu de gens sont équi­pés pour re­ce­voir le DAB +, et il fau­dra at­tendre un re­nou­vel­le­ment du parc au­to­mo­bile fran­çais pour voir se gé­né­ra­li­ser ce mode de dif­fu­sion. Mais pas de quoi dé­cou­ra­ger les équipes d’Hap­py­ness, bien dé­ci­dées à à étof­fer le pay­sage mé­dia­tique de la pe­tite Ve­nise du nord. « On sait très bien que notre pro­jet ne se­ra pas ren­table au dé­but, mais on se­rait la pre­mière ra­dio di­gi­tale d’Amiens, on au­rait dé­jà un pied de­dans quand les autres pas­se­ront au DAB +. Et puis on conti­nue­ra à dif­fu­ser en web-ra­dio en pa­ral­lèle ».

«ON SOU­HAITE LAN­CER UNE RA­DIO PROCHE DES AMIÉ­NOIS»

Hap­py­ness Ra­dio Amiens est le nom du pro­jet, un nom qui rap­pelle la vo­lon­té du groupe de res­ter un mé­dia lo­cal. « Nous, ce que l’on aime faire, et ce que l’on sait faire, c’est la proxi­mi­té, on va conti­nuer à Amiens. On sou­haite lan­cer une ra­dio proche des amié­nois, de leur vie quo­ti­dienne, on veut de­ve­nir une ra­dio de ré­fé­rence ». Ses pro­grammes se vou­dront gé­né­ra­listes et ac­ces­sibles à tous. L’au­dience vi­sée se­ra celle des 25/45 ans. « J’ai dé­jà des équipes qui sont prêtes à par­tir à Amiens, et des gens mo­ti­vés sur place. Ce nou­veau pro­jet de­man­de­rait un au­to-en­tre­pre­neur et l’em­ploi d’un sa­la­rié, en plus des bé­né­voles » . Avec cette can­di­da­ture, c’est un rêve qui se réa­lise pour Louis Go­don, âgé de seule­ment 19 ans. « Ca fait long­temps que j’en­vi­sage d’al­ler à Amiens. C’est une ville dy­na­mique que j’aime beau­coup. C’est là que j’ai com­men­cé à faire de la ra­dio, que j’ai lan­cé mes pre­mières émis­sions. Ca me tient vrai­ment à coeur d’y al­ler » . D’autres radios ont can­di­da­té pour la cou­ver­ture en DAB + d’Amiens. Ré­ponse dé­but 2020.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.