26 SE­CONDES DE HUR­LE­MENT Af­faire E. Ku­lik : les ex­perts se pro­noncent sur la voix

SOMME Mer­cre­di 27 no­vembre, les As­sises se sont pen­chées sur l’ex­per­tise de la bande so­nore de l’ap­pel de la jeune ban­quière Elo­die Ku­lik pas­sé aux pom­piers. Les ex­perts se montrent pru­dents.

L'Observateur de Beauvais - - FAITS DIVERS -

Il est 00h22, la voi­ture d’Élo­die vient de faire une sor­tie de route vers Cartigny. Un ou plu­sieurs hommes sont der­rière elle. Du­rant l’ap­pel, qui a été en­ten­du deux fois dans la salle d’au­dience et trois fois par les par­ties via des casques. Tout au long de l’ap­pel, Élo­die Ku­lik crie, apeu­rée. Au­cun mot ne se­ra pro­non­cé de sa part, on sent la pa­nique. Der­rière, la ou les voix mas­cu­lines sont plus calmes. Ch­ris­tophe Ste­co­li, in­gé­nieur au­dio à la po­lice tech­nique et scien­ti­fique, a été char­gé de dis­sé­qué cette bande so­nore (au to­tal, 14 ex­per­tises ont été de­man­dées). À la barre, il a ex­pli­qué son tra­vail : « On nous a de­man­dé de dé­cryp­ter les pa­roles puis de com­pa­rer les voix mas­cu­lines avec d’autres en­re­gis­tre­ments de voix d’hommes (de Willy Bar­don et Gré­go­ry Wiart, ndlr). » Il ra­conte ces presque 26 se­condes d’ap­pel : « La femme crie tout au long de l’ap­pel. Elle es­saye de par­ler mais rien de com­pré­hen­sible. Au moins deux hommes avec des bribes de pa­roles, ils n’étaient pas dans l’axe ni à cô­té du mi­cro. Il y a d’abord une ques­tion, in­au­dible, et une ré­ponse, tout aus­si in­au­dible. Puis les hommes disent Vite, Non faut mettre avec du… On semble en­tendre feu à la fin de cette phrase.

C’est la… Hein…T’as pas mis…C’est ça qu’il faut faire…Fait pas­ser la… On semble en­tendre Donne un pa­quet… Puis les cris de la femme. Elle es­saye de dire un mot qu’on pour­rait consi­dé­rer comme Au se­cours mais rien de pro­bant. » Après com­pa­rai­son avec la voix de Willy Bar­don (son ac­cent, sa pro­non­cia­tion, la qua­li­té de voix, le timbre, la hau­teur de voix et l’ar­ti­cu­la­tion), les ex­perts concluent, avec beau­coup de pru­dence, que leur étude ré­duit la pro­ba­bi­li­té qu’il soit l’un des deux hommes au­dibles sur l’en­re­gis­tre­ment. Tou­te­fois, elle aug­men­ta la pro­ba­bi­li­té que G. Wiart soit l’homme A de l’en­re­gis­tre­ment.

La bande son fait par­tie des pièces prin­ci­pales. 14 ex­per­tises ont été de­man­dées.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.