En route pour les mu­ni­ci­pales 2020

La Gazette de Thiers - - LA UNE - ALEXANDRE CHAZEAU

Le pro­jet de loi pour la li­ber­té de choi­sir son ave­nir pro­fes­sion­nel, pré­sen­té dé­but avril par Mu­riel Pé­ni­caud, mi­nistre du Tra­vail, sous-en­tend la fer­me­ture des Centres d’in­for­ma­tion et d’orien­ta­tion (CIO). Sur les quatre CIO du Puy-de-Dôme, un se trouve à Thiers. Et les fonc­tion­naires de ce ser­vice pu­blic sont in­quiets de cette an­nonce.

◗ Syl­vie Mest­dagh, di­rec­trice du Centre d’in­for­ma­tion et d’orien­ta­tion (CIO) de Thiers, a connu la ré­forme de 2003, puis celle de 2013. À chaque fois, les CIO sont pas­sés à tra­vers les mailles du fi­let. Mais voi­là qu’une nou­velle loi re­vient à la charge. Celle de la li­ber­té pour choi­sir son ave­nir pro­fes­sion­nel et qui, même si rien n’est écrit, pré­voit la fer­me­ture de tous les CIO de France.

« S’il n’y a plus de CIO, où iront toutes les per­sonnes que nous re­ce­vons ? Quid du ser­vice pu­blic gra­tuit ? Car nous n’ac­cueillons pas que des sco­laires, nous re­ce­vons tout le monde, peste Syl­vie Mest­dagh. Aus­si bien les élèves dé­sco­la­ri­sés, que les fa­milles, pour qui nous sommes ou­verts les mer­cre­dis après­mi­di et les va­cances sco­laires. Par­fois, des sa­la­riés viennent nous voir, des adultes qui cherchent un changement dans leur car­rière, des jeunes adultes qui sou­haitent re­prendre des études, des per­sonnes han­di­ca­pées… Il n’y a pas de struc­ture pour tous ces gens­là sur l’orien­ta­tion. »

La porte ou­verte aux coaches pri­vés

Outre l’as­pect fer­me­ture, un se­cond vo­let in­quiète tout au­tant le per­son­nel du CIO, et qui se­rait la cause de ces fer­me­tures. L’ar­ticle 10 de la loi pré­voit d’at­tri­buer aux Ré­gions les com­pé­tences ac­tuelles des CIO. Ain­si, elles pour­ront or­ga­ni­ser dans les éta­blis­se­ments sco­laires des ac­tions d’in­for­ma­tions sur les mé­tiers et les for­ma­tions. « Ça pose quand même la ques­tion de l’im­par­tia­li­té dans l’in­for­ma­tion don­née aux élèves, c’est in­quié­tant, re­lève Syl­vie Mest­dagh. Par ailleurs, il se­ra pos­sible de nous ré­qui­si­tion­ner pour d’autres mis­sions et donc nous pour­rions être moins pré­sents dans les éta­blis­se­ments. »

Cette loi est donc, pour la di­rec­trice thier­noise, la « porte ou­verte aux coaches pri­vés qui s’ins­tallent pour faire de l’orien­ta­tion, et qui peuvent fac­tu­rer entre 150 et 300 € leurs pres­ta­tions… »

Transfert des com­pé­tences à la Ré­gion

L’ave­nir des Centres d’in­for­ma­tion et d’orien­ta­tion s’ins­crit dé­sor­mais en poin­tillé.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.