Le pi­geon­nier contra­cep­tif le­zo­vien ne fe­ra pas de pe­tits

La Gazette de Thiers - - THIERS & LIVRADOIS-FOREZ - A. C.

La Ville de Le­zoux, qui avait op­té en dé­but d’an­née 2017 pour un pi­geon­nier contra­cep­tif, afin de li­mi­ter le nombre de vo­la­tiles sur la com­mune, a re­vu sa co­pie, et vise d’autres so­lu­tions. Car ça n’a tout sim­ple­ment pas fonc­tion­né. Ex­pli­ca­tions.

◗ « Il y avait beau­coup de pi­geons et il y en a tou­jours. » Voi­là en quelques mots, le ré­su­mé de l’échec avoué par Alain Cos­son, le maire de Le­zoux. Alors que la Ville cher­chait des so­lu­tions pour li­mi­ter le nombre de pi­geons sur la ci­té des Po­tiers, elle pen­sait avoir trou­vé, avec un sys­tème de pi­geon­nier contra­cep­tif, mis en place en fé­vrier 2017. Las.

Un an et de­mi après, ce­la n’a pas mar­ché, et la dé­marche se­ra aban­don­née. Le pro­blème de sa­lu­bri­té, lui, reste tou­jours. « Le pi­geon­nier contra­cep­tif était si­tué sur un en­ droit pré­cis de la ville, sur la place de Prague. L’ob­jec­tif était d’y faire pondre des pi­geons, qui nor­ma­le­ment re­viennent tou­jours où ils sont nés d’après les spé­cia­listes, et de faire une ome­lette mais sans cas­ser des oeufs, sou­rit de fa­çon amère le pre­mier ma­gis­trat. Il fal­lait, plus sé­rieu­se­ment, les se­couer pour les rendre non fer­tiles. »

Pro­blème, beau­coup moins de pi­geons que pré­vus sont al­lés ni­cher. « On pense qu’ils sont al­lés pondre ailleurs, sou­ligne Fran­cis Roux, di­rec­teur des ser­vices tech­niques. Sur Le­zoux, existent beau­coup d’ou­ver­tures dans les pro­prié­tés pri­vées, qui mènent par exemple à des gre­niers. Dès qu’on s’en aper­çoit, on écrit au pro­ prié­taire pour qu’ils ferment. Le pro­blème est le même pour des pro­prié­tés va­cantes. »

Si un pié­geur est ré­gu­liè­re­ment convo­qué, le coût men­suel est trop éle­vé pour qu’il reste sur la com­mune. « Il fau­drait en­vi­sa­ger une so­lu­tion au ni­veau de l’in­ter­com­mu­na­li­té, et voir si on ne peut pas avoir quel­qu’un qui s’oc­cupe de tous les nui­sibles », avance Fran­cis Roux.

En at­ten­dant, la Ville em­bau­che­ra à la mi­no­vembre un spé­cia­liste des pié­geages pour ré­duire la po­pu­la­tion. « Il n’y a guère que cette so­lu­tion qui fonc­tionne. Mais ce n’est pas pé­renne. » L’hui­le­rie Sai­pol, elle aus­si confron­tée au pro­blème, est même prête à col­la­bo­rer fi­nan­ciè­re­ment pour le pié­geage. « C’est un vrai garde­man­ger pour les pi­geons », dit Alain Cos­son. Et pour que le pié­geage soit le plus ef­fi­cace pos­sible, l’hi­ver de­vra être froid. Car s’il est doux, trou­ver à man­ger res­te­ra fa­cile pour les vo­la­tiles.

Un nou­veau pié­geage est pré­vu au dé­but de l’hi­ver

(PHO­TO D’AR­CHIVES : LA MON­TAGNE)

Les pi­geons re­pré­sentent une vraie nui­sance au quo­ti­dien pour les ha­bi­tants de Le­zoux.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.