Char­lotte de Turck­heim joue­ra à gui­chet fer­mé

La Gazette de Thiers - - LA UNE - LAU­RA MO­REL lau­ra.mo­rel@cen­tre­france.com

La co­mé­dienne Char­lotte de Turck­heim se­ra, sa­me­di 3 no­vembre à 20 h 30 à la salle Es­pace à Thiers, pour jouer son one wo­man show Une jour­née chez ma mère. Une ré­adap­ta­tion, 20 ans après, de son spec­tacle du même nom.

◗ Dans son py­ja­ma bleu, Char­lotte de Turck­heim es­pé­rait bien pas­ser une jour­née tran­quille chez sa mère. Une jour­née où elle au­rait pu se re­po­ser, ne rien faire de par­ti­cu­lier. Mais non… Car le temps presse. Les huis­siers ne de­vraient pas tar­der et, avant leur ar­ri­vée, il faut ca­cher les meubles de la ré­si­dence fa­mi­liale. Et, à ce­la, s’ajoutent un chien in­sup­por­table, une fuite dans la cave, un mi­grant ca­ché dans le jar­din, un étu­diant al­le­mand dro­gué et une sé­rie de per­son­nages com­plè­te­ment exu­bé­rants, exas­pé­rants mais aus­si tou­chants ve­nant per­tur­ber la jour­née de la co­mé­dienne.

Une ré­adap­ta­tion 20 ans après

Des per­son­nages, une dou­zaine, que Char­lotte de Turck­heim, seule sur scène, campe pen­dant près d’1 h 20 pour Une jour­née chez ma mère. Une pièce qu’elle jouait dé­jà il y a 20 ans et qu’elle a re­mise au goût du jour. Ré­sul­tat : les per­son­nages sont les mêmes mais ont un peu chan­gé. À com­men­cer par sa mère, une aris­to­crate avec des pro­blèmes d’ar­gent qui sert dé­sor­mais le thé sur une ta­blette tac­tile et qui fume des joints avec Gun­ther, un étu­diant al­le­mand. La ba­by­sit­ter, elle, est tou­jours aus­si idiote (et en­ceinte) mais parle dé­sor­mais à coup de ha­sh­tag. Une connais­sance de la fa­mille a même dé­ci­dé de mon­ter une start­up (Nor­ber) ins­pi­rée du ser­vice de tran­sport Uber… mais avec des scoo­ters dans les quar­tiers nord de Mar­seille (où, de­puis qu’Em­ ma­nuel Ma­cron est pré­sident, la pous­sière « tombe plus jo­li­ment »).

Un re­gard cri­tique et drôle

Cette nou­velle Jour­née chez ma mère est donc l’oc­ca­sion pour Char­lotte de Turck­heim de por­ter un re­gard cri­tique, mais tou­jours drôle, sur la so­cié­té d’au­jourd’hui. L’as­su­rance d’un « ve­ry bad trip aris­to ».

(PHO­TO : THIER­RY MASILHAC)

Char­lotte de Turck­heim campe une dou­zaine de per­son­nages sur scène.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.