Le ma­riage de l’ac­cor­déon et du vio­lon

La Gazette de Thiers - - À L'AFFICHE - LAU­RA MO­REL lau­ra.mo­rel@cen­tre­france.com

Fé­li­cien Brut et Omer Bou­chez pré­sen­te­ront leur pro­gramme Mi­gra­tions, vendre­di 9 no­vembre à 20 h 30 à la salle Es­pace Cou­ber­tin à Cour­pière. Le duo pro­po­se­ra ain­si un voyage à tra­vers le monde grâce à un ma­riage in­so­lite : ce­lui du vio­lon et de l’ac­cor­déon.

◗ « Ce­la peut être éton­nant de faire jouer en­semble un ac­cor­déo­niste et un vio­lo­niste, concède Fé­li­cien Brut, ac­cor­déo­niste. L’ac­cor­déon est l’ins­tru­ment po­pu­laire par ex­cel­lence alors que le vio­lon est ce­lui de la mu­sique clas­sique. » Deux uni­vers qui semblent donc aux an­ti­podes… et pour­tant. C’est bien le ma­riage de ces deux ins­tru­ments que pré­sen­te­ront Fé­li­cien Brut et Omer Bou­chez avec leur pro­gramme Mi­gra­tions, vendre­di 9 no­vembre à Cour­pière.

« Car même si on n’en a pas l’ha­bi­tude, et qu’on est en­core sur­pris, ce­la fait presque 70 ans que ces deux ins­tru­ments s’as­so­cient dans la mu­sique clas­sique. »

Les deux ar­tistes, à tra­ vers leur pro­gramme, pro­po­se­ront ain­si un voyage au­tour du monde mais aus­si un re­tour sur l’his­toire des deux ins­tru­ments et en par­ti­cu­lier de l’ac­cor­déon. « Cet ins­tru­ment a un ca­rac­tère très voya­geur, sou­ligne Fé­li­cien Brut. Il n’a que 200 ans, donc il n’est pas très vieux mais il est im­plan­té qua­si­ ment par­tout dans le monde. Il est au­jourd’hui un peu le sym­bole de Pa­ris à tra­vers le monde mais l’Amé­rique la­tine est le conti­nent où on en joue le plus, on le fa­brique beau­coup en Ita­lie, il a aus­si été très trans­for­mé en Rus­sie… »

Mi­gra­tions per­met­tra ain­si de rap­pe­ler le par­ cours de cet ins­tru­ment à tra­vers des pièces du XIXe et du XXe siècles. Mais ce se­ra aus­si l’oc­ca­sion de re­ve­nir, en mu­sique, sur les dif­fé­rents mou­ve­ments de po­pu­la­tions qui ont per­mis « un re­nou­veau mu­si­cal » par­tout dans le monde.

« Mi­gra­tions est un pro­gramme très di­ver­si­fié qui peut pa­raître un peu sur­pre­nant au pre­mier abord. Il y a des pièces ro­man­tiques, les Danses po­pu­laires rou­maines de Bar­tok, des pièces de Piaz­zol­la et de Gal­lia­no… Ce sont des mor­ceaux très dif­fé­rents mais qui, tous, évoquent des voyages et des mi­gra­tions. »

Mi­gra­tions de po­pu­la­ tions qui sont ve­nues, au fil de l’His­toire, en­ri­chir la mu­sique.

« Créer une nou­velle ma­tière, se re­nou­ve­ler »

« Par exemple, il y a de nom­breux com­po­si­teurs qui ont dû chan­ger de na­tio­na­li­té, à l’image de Brahms qui est al­lé s’ins­tal­ler à Vienne. Beau­coup de com­po­si­teurs russes ont éga­le­ment dû par­tir au mo­ment des guerres. Ce­la leur a per­mis de créer une nou­velle ma­tière, de se re­nou­ve­ler. C’est une vraie le­çon, un ques­tion­ne­ment sur les mou­ve­ments de po­pu­la­tions. Un thème qui trouve un écho au­jourd’hui. »

« Un ins­tru­ment au ca­rac­tère très voya­geur »

Omer Bou­chez (à gauche) et Fé­li­cien Brut pré­sen­te­ront leur nou­veau pro­gramme Mi­gra­tions, vendre­di 9 no­vembre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.