Un col­lec­tif ci­toyen s’en­gage pour la na­ture

La Gazette de Thiers - - LA UNE -

C’est un beau pro­jet éco­lo­gique et ci­toyen qui vient de prendre forme à Le­zoux. La créa­tion d’un col­lec­tif pour une ville plus propre.

◗ Tout est par­ti d’une pu­bli­ca­tion sur Fa­ce­book où une Le­zo­vienne, fu­rieuse de croi­ser di­vers dé­tri­tus et sacs pou­belles au gré de ses bal­lades, a dé­ci­dé de pous­ser un cri d’alarme sur le ré­seau so­cial. Pho­tos à l’ap­pui, son « post » a connu ra­pi­de­ment un vif suc­cès.

Éveiller les consciences

Cy­ril Lar­che­véque et Chris­tian Des­lignes, amou­reux tous deux de la na­ture, ont alors spon­ta­né­ment pro­po­sé une ac­tion de net­toyage sur Le­zoux. De fil en ai­guille la né­ces­si­té de créer une struc­ture ef­fi­cace est ap­pa­rue. Le col­lec­tif ci­toyen Le­zoux Ville Propre ve­nait de voir le jour. La réunion du jeudi 15 no­vembre a per­mis de bâ­tir les bases du col­lec­tif.

« Nous n’in­ter­vien­drons pas en ville, c’est la mis­sion des em­ployés com­mu­naux qui font un tra­vail re­mar­quable, sou­ligne Chris­tian Des­lignes, nous al­lons concen­trer nos ac­tions sur les che­mins au­tour de la ville et sur des sites re­cen­sés par avance. Nous agis­sons pour éveiller les consciences et fa­vo­ri­ser les bonnes pra­tiques en ma­tière de dé­chets. »

Ques­tion­né sur le su­jet, le maire de Le­zoux Alain Cosson est en­thou­siaste : « Je viens d’ap­prendre la créa­tion de ce col­lec­tif, nous avons l’ha­bi­tude de tra­vailler avec les as­so­cia­tions sur des pro­jets pré­cis, la plu­part du temps sous la forme de com­mis­sions ex­tra­mu­ni­ci­pale. Avec le col­lec­tif, ce sont des ac­tions concrètes qui vont être me­nées et la com­mune ap­por­te­ra vo­lon­tiers son sou­tien lo­gis­tique. »

Le sou­tien d’un autre col­lec­tif

Anette Ro­ziére, ad­jointe en charge du cadre de vie et de l’en­vi­ron­ne­ment, pointe, elle, les pro­blèmes ré­cur­rents de dé­pôts sau­vages : « Der­niè­re­ment nous avons dû faire face à un dé­pôt sau­vage en pleine ville, juste der­rière la mai­rie, et après avoir ré­ci­di­vé, l’au­teur des faits a éco­pé d’une amende de 450 €. Hé­las les actes dé­lic­tueux sont dif­fi­ciles à prou­ver. Nous re­ce­vons qua­si­ment un si­gna­le­ment par jour en mai­rie. C’est la col­lec­ti­vi­té qui paie les in­ ci­vi­li­tés d’une mi­no­ri­té au prix fort. »

Le col­lec­tif a trou­vé de l’aide au­près de l’as­so­cia­tion ci­toyenne Ur­ba­nisme Qua­li­té de vie Sé­cu­ri­té (UQS), qui le sou­tient en termes de lo­gis­tique et de sup­port ad­mi­nis­tra­tif.

« Chris­tian et Cy­ril nous ont contac­tés et tout de suite nous avons adhé­ré au pro­jet, sou­ligne Mi­chel Char­nier pré­sident d’UQS. D’au­tant plus que nous avions sou­le­vé ce risque de dé­pôts sau­vages lors de la der­nière réunion du SBA à Pes­cha­doires, pour la mise en place de la re­de­vance in­ci­ta­tive. L’heure n’est plus aux re­grets mais aux ac­tions. »

Les ini­tia­teurs du col­lec­tif (de droite à gauche) Bri­gitte Per­rin se­cré­taire d’UQS. : Cy­ril Lar­che­véque, Chris­tian Des­lignes, Mi­chel Char­nier pré­sident d’UQS et

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.