Bien pré­pa­rer son dé­part à la re­traite

La Manche Libre (Avranches) - - Vie Pratique - Ma­rie-Amé­lie Lar­chet, psy­cho­logue

Par­tir en re­traite, c’est com­men­cer une nou­velle vie at­ten­due avec un mé­lange d’im­pa­tience et d’an­xié­té. Son dé­but est par­fois dou­lou­reux, pour plu­sieurs rai­sons :

Le chan­ge­ment de rythme est sou­vent bru­tal car on se re­trouve sou­dai­ne­ment face à un temps libre qua­si in­épui­sable. Même in­tel­lec­tua­li­sée, cette rup­ture déso­riente : la pres­sion du quo­ti­dien dis­pa­rait et avec elle les ha­bi­tudes qui struc­turent. Le tra­vail est un es­pace re­la­tion­nel. On ap­pré­cie plus ou moins ses col­lègues, mais ils sont un lien so­cial. Aus­si le dé­part en re­traite est par­fois vé­cu a pos­te­rio­ri comme un bond vers la so­li­tude. Sur­tout, il est dif­fi­cile d’ac­cep­ter de ne plus faire par­tie des “ac­tifs” quand on dé­borde en­core d’éner­gie. Dans une so­cié­té où l’on confond sou­vent ce que l’on fait avec ce que l’on est, la re­traite dé­per­son­na­lise et re­tranche, son­nant le deuil d’un soi so­cia­le­ment “utile”. Ce sen­ti­ment peut dé­clen­cher un mal-être pro­fond.

Alors com­ment faire pour que cette étape soit construc­tive ? - An­ti­ci­per. Deux à trois ans avant le dé­part, il faut pen­ser à sa vie fu- ture et aux ac­ti­vi­tés qui pren­dront le re­lais d’une vie pro­fes­sion­nelle bien rem­plie. Sans être trop am­bi­tieux et en s’au­to­ri­sant un re­pos bien mé­ri­té, il ne faut pas hé­si­ter à rem­plir par ailleurs son agen­da. La tran­si­tion peut en ef­fet prendre de six mois à un an. Faute d’avoir été bien pré­pa­rée et ryth­mée en amont, elle peut glis­ser as­sez vite de l’oi­si­ve­té et l’en­nui vers une dé­pression sé­vère.

- Res­ter pro­duc­tif : un bi­lan ai­de­ra à iden­ti­fier ce que l’on a vrai­ment en­vie de faire, et ce que l’on peut en­fin faire, que ce soit en ma­tière d’études, d’art créa­tifs, de dé- cou­vertes et de voyages, etc. - Par­ta­ger son ex­pé­rience et res­ter utile aux autres, que ce soit dans la sphère pri­vée, en fa­mille, ou dans le pu­blic. S’in­ves­tir dans une ac­ti­vi­té as­so­cia­tive ou prendre des res­pon­sa­bi­li­tés po­li­tiques lo­cales sont sou­vent une ma­nière réus­sie et gra­ti­fiante de conti­nuer à rendre ser­vice.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.